lundi 22 juillet 2013

51. Bob, Tour et Picodon

Vite, vite! Pardon Monsieur... Excusez-moi Madame... Je suis en retard, j'ai laissé passer notre rendez-vous bimensuel, je suis confuse! Je ne vous ferai pas l’insulte de prétendre que mes implants capillaires se sont infectés ou que j'ai été agressée par le lapin nain de ma voisine, non. Je sais très bien que vous vous êtes sentis délaissés, abattus et envahis par une soudaine neurasthénie. Je le  comprends tout à fait, c'est bien naturel. Navrée, vraiment! Il va de soi que je prends à ma charge tout les frais d'antidépresseurs engendrés par cette négligence involontaire (uniquement sur présentation d'une photocopie de votre carte vitale, de vos trois derniers avis d'imposition et de la garantie de votre lave-linge).
N'allez surtout pas croire pour autant que je prends des vacances au soleil! Certes, techniquement, il est exact que je profite du soleil. Et des 36°C qu'affiche quasi quotidiennement le thermomètre local. Mais si vous vous imaginez que je profite de la piscine? Même pas un plouf! Alors si vous croyez que ça m'amuse! Moi qui m'était finalement acclimatée à la mousson parisienne, voilà maintenant que je me ruine en crèmes solaires pour éviter une pelade disgracieuse! Et puis franchement, est-ce ma faute à moi si cette année, Helios semble avoir décidé de troquer le char solaire pour le camping-car, plus commode pour suivre le Tour de France jusque dans la Drôme? A moins que ce ne soit pour suivre la caravane publicitaire... Eh! On le comprend! S'il pouvait récupérer 50g de nouilles gratos avec le stylo Lustucru assorti, ça ferait un drôle de chouette souvenir de vacances pour ses chevaux! Et si en plus, il pouvait gratter un Bob Ricard ou PMU, sûr qu'il ferait des envieux à la prochaine réunion des Dieux de l'Olympe! Remarquez qu'il en ferait probablement aussi à la terrasse du  France  de Dieulefit...
Figurez-vous que pour ses cent ans, le Tour est brièvement passé par la Place du Chateauras de Dieulefit (en Drôme provençale) avant de s'attaquer vaillamment au Mont Ventoux, poil au genou. Le passage a eu lieu à 120 mètres exactement du troquet Le France mentionné plus haut, j'ai compté (enfin mon voisin, c'est pareil!). Ceci a même fait observer à un habitué particulièrement spirituel de cet établissement que: "Cette année, le peloton, il fait aussi le tour du France! T'as compris Rosette? Le tour du France! Ha! ha! Elle est bonne!".
Bref, cet évènement était plus que notable, d'autant plus qu'il coïncidait avec la fête nationale du 14 Juillet et le concert des  Zombiz. Bien sûr c'est sans tenir compte de l'époustouflant Petit Train du Picodon les 19 et 20 Juillet et du très festif Picodon chez lui le 11 août, le conseil municipal n'ayant hélas pas pu se mettre d'accord sur les dates éventuelles du Picodon se marie et du  Tirelipimpon sur le Picodon. Ceci mis à part, les habitués du Picodon tout autant que du comptoir à Rosé de chez Rosette la bien nommée, ont préféré commenter l'évènement devant la télé. Commenter et puis surtout arroser. C'est vrai que c'était une belle occasion de sortir les glaçons tout de même! Rosette a même offert sa tournée, c'est pas tous les jours fête! Il faut dire que au France, pour ce qui concerne l'arrosage, on sait les reconnaître les bonnes occasions! Et puis aussi, au France, le Ricard, on l'apprécie mieux en verre que sur un Bob. C'est une question de goût j'imagine. Ou de couvre-chef? Personnellement, le goût de l'anisette en plein soleil ça me filerait plutôt la casquette. A choisir, je préfère les saveurs parfumées et caprines du Picodon. D'un autre côté, c'est vrai que avant-hier, le Petit Train du Picodon n'a distribué ni Bob, ni casquette. Ni cagoule. Ni béret. Oualou. Pas l'ombre d'un képi. Alors forcément au France on était un peu déçu, ça manquait de panache comme on dit. Mais pas de panaché, faut pas déconner non plus. D'ailleurs, comme l'ambiance n'était plus à la fête, chacun a payé son godet. Et pour se consoler, plutôt qu'un Ricard, l'un s'est rabattu sur le Rosé et l'autre sur le demi mais il faut bien avouer que c'était pas pareil... Enfin, comme a dit Rosette, il reste toujours les souvenirs.

Habitué 1 : Y a pas à dire, le Tour, c'est quelque chose!
Habitué 2 : Pfff... c'est pas du sport ça, ils sont tous dopés les cyclistes!
Habitué 1 :  Eh! Le tourisme aussi ça le dope! Ha! ha!
Rosette : Bon allez les gars, finissez vos verres, faut que je ferme moi.

Alors, j'étais en retard, c'est vrai, mais voyez bien, j'avais une bonne raison! 

2 commentaires:

  1. j'étais pas loin de toi stef (15 jours à Ruoms) jolis paysages et j'ai bien ramener des...picodons ! bises à toi

    RépondreSupprimer
  2. La vanne du "Tour du France" m'a fait penser à un vieux souvenir. C'était à Bruxelles, en hiver. On était à la bourre, ma mère et moi, pour ne pas changer et on se gelait les miches à un arrêt de bus quelconque à deux pas d'un drôle de couple qui semblait composé d'une mère et de son fils. Soudain, le fils se tourne vers sa génitrice et lui dit pour une raison dépassant encore ma compréhension des années après:

    -Comme aurait dit Steve McQueen: Jusque là, ça va!

    Et la mère de répondre sans enthousiasme:

    -Moui...Il ne doit plus être tout jeune, hein, Steve McQueen!

    Lequel était déjà mort depuis une bonne vingtaine d'années.

    Mais le clou du spectacle fut quand le fils dit, avec le petit air du comique sûr de son effet:

    -L'aut' jour je me disais: Steve McQuuueeeeen, c'est vraiment un KING.

    La mère, toujours sans enthousiasme:

    -Ah ouais...

    Le fils, légèrement insistant:

    -Non mais, t'as compris? Steve McQuuuueeeeeeeeen, c'est vraiment un KING!!

    Et la mère de conclure:

    -Ah ouais...

    Magique.

    RépondreSupprimer