mercredi 19 février 2014

60. Presse Fé..minime!

Alors que je tape cette chronique, frénétiquement parce que je n'aurais pas dû boire ce troisième café, je m'interroge. Cette semaine, curieuse, un peu folle peut-être, j'ai récolté pêle-mêle les derniers exemplaires de BIBA, COSMOPOLITAN et MARIE-FRANCE. Je précise que je n'ai pas payé ces exemplaires, auquel cas j'aurais très certainement dépassé le stade de l'interrogation pour accéder directement à celui de la colère. Non, le rouge aux joues, j'ai lamentablement mendié ces périodiques auprès d'une amie : "Euh... tu les jettes ? T'es sûre ? Non, c'est parce que j'ai rien pour caler ma table basse... Merci ! ". 
Bref, ce matin au hasard des pages, entre deux pubs et trois échantillons de fond de teint miracle, je découvre successivement que mon célibat n'est pas une fatalité, que bien que femme, je suis autorisée à demander une augmentation, que les hommes préfèrent les chieuses mais pas celles qui parlent politique, que le vinyle tissé c'est plus tendance que la moquette et aussi que je ne dois pas travailler chez moi pour préserver l'équilibre de ma famille. Je note également de penser à prendre un ventilateur la prochaine fois que je descends au Photomaton. Les cheveux qui ondulent négligemment dans le vent, c'est plus classe pour faire la gueule sur le passeport ou le permis de conduire... 

N'empêche je m'étonne. Camarades gonzesses, lisez-vous vraiment ces magazines ? Vraiment ??!? Je veux dire à part chez le dentiste, le gynéco ou le coiffeur ? Personnellement, je tourne à peine deux pages et je me sens toute à la fois  vieille, moche, seule, ringarde et tarte. D'ailleurs, cette lecture me déprime tellement que j'achève la demie tarte aux pommes miraculeusement rescapée de la soirée de hier... Quitte à être tarte! Moi qui pensais me ressourcer à la lecture de ces revues, trouver de nouvelles idées pour mon 'répertoire de filles'... C'est réussi! C'est encore pire que d'écouter certains chroniqueurs prétendument humoristiques sur certaines chaines de radio!  
Non, je ne trouve pas le repassage 'trendy'., je trouve le repassage 'chiant'. 
Non, ma mère n'est pas ma meilleure amie, ma mère est ma mère, c'est son privilège!
Non je ne dépenserai pas 330€ pour un sac à main musical qui cassera très certainement les pieds de tous mes voisins dans le train, le métro ou le Franprix!  
Non, je ne veux pas d'une application qui définit la taille idéale de mon soutien gorge avec la webcam de ma tablette!!! Avec le temps, ça peut paraître incroyable j'en conviens, mais j'ai déterminé la taille de mon soutif moi-même! 
Enfin, concernant le retour du rotin... vraiment??? Le rotin? 

Ce matin, avec mon café (celui d'avant la frénésie, le premier je veux dire) je tournais les pages du dernier roman de Khaled Hosseini. Pas trop vite surtout pour savourer le plaisir d'une toute nouvelle histoire, de la langue belle, élégante et pourtant simple, et le plaisir encore de découvrir entre les pages une autre culture. Et puis, je me suis obligée à poser le livre. Pour ne pas le dévorer, littéralement. Qu'il en reste un peu, pour quand je reviendrai du théâtre ce soir par exemple, à défaut de la tarte aux pommes... J'ai alors troqué le soleil, le désert, Abdullah et les rues de Kaboul pour cette accumulation de paupières fardées, de sourires farauds et d'autres fariboles fadasses soi-disant féminisées qui ne sont même pas dignes de caler ma table basse! J'attendrai désormais la prochaine rage de dents ou la prochaine infection urinaire pour me tenir à jour des dernières tendances incontournables, savoir comment calmer mon 'hystérie'  et bien sûr comment passer une Saint Valentin inoubliable à Bar-le-Duc. 

Pour ma part, cette année, la Saint Valentin fut inoubliable et ce, sans chocolats, sans lingerie fine, sans mousseux tiède et sans joaillerie en carton. Non, rien de tout ça.
Vendredi 14 Février 2014, dans ma boîte aux lettres, sous la carte d'un serrurier qualifié et le menu d'un livreur de sushis, j'ai découvert une carte postale de François Morel qui me répondait rien qu'à moi. Tout de même, c'est drôle... D'une part quatre lignes griffonnées au feutre rouge me transportent de bonheur et de l'autre trois fois 150 pages de papier glacé qui me laissent résolument froide... Sans doute le poids des mots n'est-il pas très digeste.  En tout cas, pour l'inspiration, c'est raté!