Articles

130. Rentrée au bercail

D'habitude, j'aime bien ça, moi, la rentrée. Retrouver mon petit chez-moi, demander des nouvelles du quartier à la concierge. Ou l'inverse. J'aime bien ça, reprendre mes petites habitudes, d'habitude. Faire mon jogging du matin... écrire mon blog... aller chercher ma baguette bien cuite à la boulangerie... Parfois, le bronzage éclatant en bandoulière, je pouffe même sournoisement, entre les croissants et les pains aux chocolatine, devant le teint meringue immaculée de la vendeuse...  Tous les ans, histoire de remplir le frigo resté désespérément vide pendant que je m'empiffrais à l'autre bout de la France de brochettes, de gambas, de glaces ou de gaspacho, je retourne mollement au supermarché. Sous les néons du Monoprix, je me sens à l'étroit et je regrette le brouhaha et les couleurs des marchés ensoleillés de la Drôme. Un léger parfum d'huile de Monoï et de  bougies anti-moustiques persiste entre les allées et me ramène un instant dans le Sud jusqu…

129. Quatrevingt-treize

Chers amis, je ne vais pas y aller par quatre chemins (c'est déjà tout juste si j'ai réussi à en trouver un !) : hier, j'étais à B.
C’était ce qu'on appelle une expérience. Pour la parisienne que je suis, partir en banlieue, c'est partir en voyage. La banlieue, très honnêtement, je connais un tout petit peu.  Et puis, je l'avoue, surtout les banlieues de fiction, bourgeoises, modestes, populaires... La vie est un long fleuve tranquille... Tout ce qui brille... L'esquive... Divine... Les Misérables....  Mais en vrai de vrai, Les Misérables jusque hier je ne connaissais pas du tout du tout...
Cette année, épidémie oblige, on ne tracte pas sur le Pont d'Avignon, à moins de livrer des quatre fromages ou de proposer 20% sur les épilations demi-jambe. J'occupe donc mon mois de juillet à sillonner la Seine Saint Denis pour lire des livres aux enfants. Ils n'ont quasi pas eu d'école, ils n'ont pas eu de copains, ils n'auront pas de vacances…

128. Immonde d'après

Image
Dites, c'est moi ou bien le monde d'après ressemble furieusement au monde d'avant ? Moi qui suis d'un naturel plutôt optimiste, ces jours-ci ma sinistrose approche celles de Houellebecq et Duras réunis, d'ailleurs j'ai carrément tendance à voir la vie en morose. Pendant deux mois, on nous a rabâché à longueur de bulletin d'informations que désormais, tout serait différent, que ce virus, tel un électrochoc, allait nous métamorphoser, faire de nous des gens meilleurs. Eh bien c'est réussi ! Il y a dû y avoir une légère erreur de pronostic, parce que le monde d'après ressemble comme deux gouttes de Contrex à celui d'avant. Je lui trouve un sérieux air de déjà vu et même un air chargé de particules fines revenues dare-dare agresser nos poumons aussitôt que le trafic urbain s'est remis en marche. Eh ben alors ? je croyais qu'on devait tous se mettre au vélo ? Moi je croyais qu'après la rue de Rivoli à bicyclette, on allait pagayer sur le…

127. Déconfiture...

C'est affreux. Je crois que j'ai raté mon confinement. J'aurais dû être plus vigilante, prendre plus de précautions. Certes je suis restée consciencieusement cloitrée chez moi à quelques courses près et pour lesquelles je n'ai pas manqué de remplir mon attestation, je me suis masquée en sortant, lavé les mains en rentrant, j'ai tapé des mains (propres !) à la fenêtre et j'ai même fait un peu de bénévolat... Mais pour le reste, zéro, j'ai tout foiré. C'est hier soir que l'évidence m'est apparue brusquement alors que je faisais défiler les photos parfaites de ma timeline Instagram. Résultat, je n'ai pas fermé l’œil de la nuit. Depuis hier soir, je n'ai pas le choix, je dois regarder la réalité virtuelle en face : j'ai la loose du confinement. Chacun de mes gestes ne fait que me confirmer mon échec. Ce matin par exemple, j'enfile mes baskets pour aller courir, comme tous les jours ou presque depuis 8 mois. Hors le 23 mars, de …

126. Prise de tête

Image
Vingt-huit jours déjà depuis le début de cet improbable scénario. Sans être une grande amatrice de film catastrophes, je sais toutefois reconnaître une production de qualité et force est d’admettre que bien que tout soit réuni pour tenir le spectateur en haleine, l'intrigue autant que les moyens, malgré les nombreux rebondissements, je trouve - à titre tout à fait personnel - que l'histoire manque d'action, qu'elle s'enlise un peu et traine en longueur (sans parler des acteurs !). Bref ce compromis entre  Le septième sceau  et Un jour sans fin, ne me convainc pas franchement...  Depuis quatre longues semaines, et comme une bonne partie de la population j'imagine,  je suis devenue accro aux informations. Dès le réveil, il me faut ma dose de Café-Corona (le virus, pas la bière). Mais c'est agaçant, les salles de rédactions n'ont pas la rigueur des auteurs de Netflix et le feuilleton de l'épidémie manque sérieusement de fiabilité. J'ai ainsi pu d…

125. Pourquoi tu tousses ?

T'as toussé là, non ? J'ai pas rêvé, t'as toussé ! Ne fais pas l'innocente, je t'ai entendue ! Alors, moi, en toute confiance, je t'ai offert l'hospitalité, je t'ai accueillie sur mon canapé, je t'ai déroulé ma plus belle couette Ikéa, et toi, sournoisement, tu te pointes la quinte en bandoulière et tu craches tes glaires louches dans mes draps cent pour cent coton bio ? T'es vraiment qu'une vieille canaille ! Dégueu de surcroit. Allez, hop, hop, hop ! Tu me remballes tes crêpes et ton sac à dos et tu retournes dare-dare à Saint Tugdual ! Je le sais bien que c'est moi qui t'avais invitée pour le weekend mais mon plan c'était pas une soirée Coronana ! Alors ouste, plan d'évacuation sanitaire ! Comment ça qu'est-ce que je fais ? Y a pas la tévé ni les zinternet dans le Morbihan ? Je m'asperge, tiens ! C'est tout ce que j'ai sous la main : de l'eau et du rhum,  y a pénurie de gel hydro-alcoolique, alors je f…