Articles

154. Parti d'en rire

Image
Saviez-vous que la politique ça n'est pas nécessairement chiant ? Et que les Allemands n'étaient pas que des naturistes en Birkenstock chaussettes abreuvés de bières, vous le saviez ? Que certains avaient même le sens de l'humour ? C'est vrai qu'à première vue, Olaf Scholz, c'est pas le type avec qui on envie d’aller à la soirée déguisée du Trampoline Park. Certes, avec Gabriel Attal non plus, je vous l'accorde... A bien y réfléchir, pourquoi aller se ridiculiser - seul ou accompagné - dans une soirée déguisée au Trampoline Park ? Je veux dire, quand on a plus de douze ans ? Tout ça pour vous dire que les Allemands sont poilants ! Que je vous raconte comment j'en suis arrivée à cette conclusion. Et tout d'abord, j'étais à jeûn et je ne regardais ni Derrick ni l' Eurovision ! J'étais donc là sur mon canapé, baillant telle une hippopotame narcoleptique devant les clips de campagne des candidats aux Européennes... A ce sujet, petite mention

153. Comédie club

Image
Je veux qu'on soit sincère et qu'en homme d'honneur On ne lâche aucun mot qui ne parte du coeur.  Alceste, Acte I, Scène 1 Il y a une vingtaine d'années, alors que j'étais sur les bancs ou plutôt le plateau de mon école de théâtre, Le Misanthrope faisait résolument partie du top trois des scènes présentées par mes camarades. Quai Ouest  et  Andromaque complétaient ce trio dramatique à tous points de vue ! Sans avoir jamais travaillé aucune de ces œuvres, je peux aujourd'hui encore citer certains passages par cœur  rien que pour avoir assisté aux présentations de mes camarades. Pour ma part, j'étais élève dans la classe de Madame Françoise Seigner de la Comédie Française. Ce n'était pas franchement une rigolote et j'étais très impressionnée. Pour ma première scène, j'avais eu la folle idée d'incarner la rebelle Antigone de Anouilh. Je veux savoir comment je m'y prendrais, moi aussi, pour être heureuse. Tout de suite, puisque c'est tou

152. Sadique de copropriété

Image
Cela fera bientôt quinze ans que j'ai fait la rencontre de Monsieur R., une rencontre dont, tout comme le dentifrice au curcuma, je me serais volontiers passée... A cette époque, à défaut d'une concession, j'ai eu la folle idée d'acquérir un charmant deux pièces à deux pas du Père Lachaise. Plus précisément dans le quartier que ces filous d'agents immobiliers appellent mystérieusement La Banane. Et le fait est que je l'avais bel et bien, la banane, lorsque j'ai débarqué avec tous mes cartons dans mon nouveau chez moi. Tout du moins jusqu'au moment de faire la connaissance de Monsieur R.  Ce monsieur s'est tout d'abord invité sans prévenir dans ma boite à lettres. Non pas pour me souhaiter la bienvenue, loin de là. Disons plutôt, que c'était sa façon à lui de me mettre immédiatement dans l'ambiance. En effet, dès mon arrivée, Monsieur R. a pris l'habitude de me mettre en copie de l'intégralité de ses (très) nombreux courriers au sy

151. Rain on my parade

Image
Le moins qu'on puisse dire c'est que ça n'est pas très gai. Autour de moi, les pancartes fleurissent au-dessus de la foule. Pouvoir d'achatte ... Je veux jouir de ma retraite... Euh... excusez-moi Monsieur,on est bien à la Pride ? Non, je n'étais pas tout à fait sûre. Vous ne trouvez pas que ça ressemble étrangement à une manif anti-Macron ? En tout cas, c'est exactement le même parcours : Nation - Bastille - République. Et puis vous avez beau vous balader torse nu, je trouve que vous avez exactement les même moustaches que Philippe Martinez. C'est exprès ? D'autant que vous n'êtes pas le seul, c'est assez perturbant. En plus, cette bière qui coule à profusion ça me rappelle la fête de l'Huma... Encore que, vous avez raison, je ne vois aucun stand de saucisse à l'horizon. Il faut dire que juchées sur ses échasses à plateforme, cette drag queen sublime me bouche m'en met plein la vue. Ses faux-cils en plume sont plus longs que l'

150. One, two, three, four !

Image
Mehdi m'assure que c'est un vrai ticket. Je ne savais même pas qu'il y en avait des faux. Il est sur le point de dégainer la preuve d'achat sur son téléphone pour me prouver sa bonne foi. Je l'arrête, le ticket bleu dans ma main me suffit.  Paris la Défense Arena  Bruce Springtseen and the E street band  Lundi 15 Mai A 19h00 - Fosse.   Mehdi ne pourra finalement pas assister au concert. La mort dans l'âme il me cède sa place. On trouve décidément de tout sur Leboncoin. Y compris des places, à la dernière minute, pour un concert complet depuis des mois. Mehdi est un fan. Un vrai. Il était au dernier passage du Boss en 2016 à Bercy. Il se rattrapera en juin et compte bien aller l'applaudir à Zurich ou à Hambourg. Avant de le quitter, je lui promets de lui envoyer une photo. Après un weekend interminable, le lundi arrive enfin. La journée semble se dérouler plus lentement qu'un épisode de Derrick. Les heures n'en finissent pas... Enfin, il est cinq heu