Articles

127. Déconfiture...

C'est affreux. Je crois que j'ai raté mon confinement. J'aurais dû être plus vigilante, prendre plus de précautions. Certes je suis restée consciencieusement cloitrée chez moi à quelques courses près et pour lesquelles je n'ai pas manqué de remplir mon attestation, je me suis masquée en sortant, lavé les mains en rentrant, j'ai tapé des mains (propres !) à la fenêtre et j'ai même fait un peu de bénévolat... Mais pour le reste, zéro, j'ai tout foiré. C'est hier soir que l'évidence m'est apparue brusquement alors que je faisais défiler les photos parfaites de ma timeline Instagram. Résultat, je n'ai pas fermé l’œil de la nuit. Depuis hier soir, je n'ai pas le choix, je dois regarder la réalité virtuelle en face : j'ai la loose du confinement. Chacun de mes gestes ne fait que me confirmer mon échec. Ce matin par exemple, j'enfile mes baskets pour aller courir, comme tous les jours ou presque depuis 8 mois. Hors le 23 mars, de …

126. Prise de tête

Image
Vingt-huit jours déjà depuis le début de cet improbable scénario. Sans être une grande amatrice de film catastrophes, je sais toutefois reconnaître une production de qualité et force est d’admettre que bien que tout soit réuni pour tenir le spectateur en haleine, l'intrigue autant que les moyens, malgré les nombreux rebondissements, je trouve - à titre tout à fait personnel - que l'histoire manque d'action, qu'elle s'enlise un peu et traine en longueur (sans parler des acteurs !). Bref ce compromis entre  Le septième sceau  et Un jour sans fin, ne me convainc pas franchement...  Depuis quatre longues semaines, et comme une bonne partie de la population j'imagine,  je suis devenue accro aux informations. Dès le réveil, il me faut ma dose de Café-Corona (le virus, pas la bière). Mais c'est agaçant, les salles de rédactions n'ont pas la rigueur des auteurs de Netflix et le feuilleton de l'épidémie manque sérieusement de fiabilité. J'ai ainsi pu d…

125. Pourquoi tu tousses ?

T'as toussé là, non ? J'ai pas rêvé, t'as toussé ! Ne fais pas l'innocente, je t'ai entendue ! Alors, moi, en toute confiance, je t'ai offert l'hospitalité, je t'ai accueillie sur mon canapé, je t'ai déroulé ma plus belle couette Ikéa, et toi, sournoisement, tu te pointes la quinte en bandoulière et tu craches tes glaires louches dans mes draps cent pour cent coton bio ? T'es vraiment qu'une vieille canaille ! Dégueu de surcroit. Allez, hop, hop, hop ! Tu me remballes tes crêpes et ton sac à dos et tu retournes dare-dare à Saint Tugdual ! Je le sais bien que c'est moi qui t'avais invitée pour le weekend mais mon plan c'était pas une soirée Coronana ! Alors ouste, plan d'évacuation sanitaire ! Comment ça qu'est-ce que je fais ? Y a pas la tévé ni les zinternet dans le Morbihan ? Je m'asperge, tiens ! C'est tout ce que j'ai sous la main : de l'eau et du rhum,  y a pénurie de gel hydro-alcoolique, alors je f…

124. Comitial-out

Chaque jour du calendrier a son saint ou sa sainte et... sa journée internationale, ou presque. Il y a les plus célèbres comme la Journée Internationale des Femmes (appellation officielle de l'ONU) ou la Journée Mondiale Sans Tabac, les plus jolies comme la Journée Mondiale du Bonheur(merci l'ONU itou) ou celle du Livre pour Enfants (à l'initiative de l'UNESCO) et celles pour le moins insolites dont l'intitulé laisse perplexe comme la Journée Internationale des Toilettes (qui s'avère être une véritable cause!) ou plus déroutante, la Journée Internationale du Parler Pirate ! En ce lundi 10 Février, la journée ne sera ni célèbre, ni jolie, ni insolite puisque c'est la Journée Internationale de l’Épilepsie. C'est moins glamour que la Saint Valentin et hélas, beaucoup moins lucratif. Il faut dire aussi que l'intitulé - pas la cause - laisse à désirer. En général, les journées internationales c'est contre les maladies : contre le cancer, contre la t…

123. Tour de crasse

Image
Cher résidu de détartreur rouillé,  Hier soir, je me réjouissais de  passer pour la première fois de l'année un agréable moment en compagnie de mon ami Laurent à la Maison Plume au 61 de la rue Charlot (Paris 3ème) avant d'aller dîner. Oui, je fréquente les pâtisseries avant d'aller dîner, et alors ? Tu fréquentes bien les coins de rues obscurs, est-ce que je te juges moi ? Quoique nous ne nous connaissions pas, j'aurais eu plaisir à te faire découvrir les créations sans sucre et sans gluten de Tara, la jeune propriétaire, les unes s’avérant tout aussi savoureuses que l'autre. Autour d'une tasse de thé fumant, nous aurions partagé une tarte... deux si tu es aussi gourmand que moi et peut-être même une galette, épiphanie oblige. Entre les tables dépareillées et les chaises rempaillées de ce petit cocon rassurant, nous aurions appris à nous connaitre... Je t'aurais raconté les joies, les doutes, l'excitation de la vie d'artiste et tu aurais promis de…

122. Magical Liverpool Tour

Image
Figurez-vous que je reviens de la Piscine de Foie.  Enfin, je n'étais ni à la piscine, ni à Foie. Non, j'étais à Liverpool, baptisée comme chacun ne le sait pas d'après Liver, foie et Pool, piscine, une association qui pourrait paraître insolite, mais les Anglais raffolent des abats, c'est bien connu même si ce n'est pas ce qu'ils ont de mieux, c'est bien connu itou. Ceci dit, il semblerait que je me sois foie-rvoyer ! En effet, le Guide du Routard m'apprend que Liverpool viendrait du vieil anglais lifer « eau boueuse », et pōl, « ruisseau ». Well, why not ? Je ne suis pas contrariante. Bien qu'à choisir, je ne sois pas sûre de préférer plonger dans un ruisseau d'eaux boueuses plutôt que dans une piscine remplie d'organes abdominaux. Du reste, il faisait trop froid ce week-end là pour prendre un bain où que ce soit et je me suis contentée de faire un peu de Beatlourism.
Fort heureusement, dans l'avion qui m'amenait avec mes 3 comp…