lundi 24 décembre 2018

114. Hotte mail

Cher Père Noël,

J'apprends que tu t'es mis au numérique et qu'à présent on peut t'envoyer des courriels. Sans doute ta boîte postale te coûtait-elle trop cher. A moins qu'en Laponie aussi, les sapins ne soient victimes de déforestation. Ou tu es peut-être tout simplement passé chez Sosh? Bref, ce soir c'est Noël et tu dois être en pleins préparatifs pour ta tournée (à ton âge, maintenant que tu t'es mis à Internet, pourquoi ne fais-tu pas livrer tes paquets par Amazon?).  Quant à moi - après avoir liké ta page Facebook, suivi ton compte Insta et followé (si on dit followé!) ton compte Twitter - je t'écris ces quelques lignes, à l'ancienne. Je ne sais pas si tu les liras, c'est sans doute un peu tard, mais comme mes cadeaux, je fais les choses à la dernière minute. 
Alors dis moi? Comment vas-tu Père Noël? Depuis toutes ces années? Mais attends... j'oublie le protocole! 
Je m'appelle Stéphanie, j'ai 45 ans (ça fait un bail que je ne t'ai pas écrit, mais dis moi, ça ne fait pas un peu alcoolique anonyme le protocole?). J'aurais pu t'envoyer une carte de Berlin ou de Dublin. Te rapporter une paires de babouches de Fès. J'aurais même pu faire un détour depuis la Suède pour passer te voir... Mais tu sais ce que c'est... Mon mal de tête, mon point au foie, j'y pense et puis j'oublie, c'est la vie, c'est la vie. Et puis, d'un autre côté, depuis toutes ces années, tu n'as pas souvent pris de mes nouvelles non plus. Pas un coup de fil, pas un like sur Facebook, rien. Mais t'inquiète, je ne t'en veux pas, Papa Nono. J'attends (impatiemment!) mon chèque de fin de mois, j'y pense et puis j'oublie, c'est la vie, c'est la vie.
Alors Père Noyel, ça t'intéressera certainement de savoir si depuis toute ces années, j'ai été sage. Si, si, je sais que ça a toujours été une de tes préoccupations principales. Eh bien si ça peut te rassurer, j'ai essayé. Chaque année. Avec plus ou moins de succès, soyons honnête. Je peux bien te l'avouer aujourd'hui, j'ai toujours eu le sentiment qu'être sage était quelque chose de terriblement ennuyeux. A l'instar de Ariane de Truchis en primaire que je trouvais barbante à mourir. Pourtant, à l'époque, j'étais sûre que tu lui apporterais tout les meilleurs cadeaux des Galeries Lafayette! Bon, ne soyons pas ingrate, tu m'as rarement déçue alors que j'étais loin d'être au niveau de Barbantelala. Encore aujourd'hui,  j'ai beau essayer, va savoir pourquoi, il y a toujours un moment où les choses m'échappent. Je t'accorde que l'abus d'alcool ne favorise pas la sagesse. Mais tu es bien placé pour savoir que la Contrex n'est pas ce qu'il y a de mieux pour arroser les huîtres du réveillon ! Pour résumer, disons qu'au fil des ans sans m'être totalement débauchée, j'ai été sage comme une image... plutôt floue. 
Tu me demanderas ensuite sans doute si j"ai "bien" travaillé. Père Noël, je te répondrais la même chose qu'il y a trente-cinq ans : tu m'embêtes avec tes questions ! Pour quelqu'un qui bosse une nuit par an, est-ce que ça n'est pas un peu déplacé de me demander  ça ? Est-ce que je te demande, toi, si tu as fait ton dépistage de la prostate? Je travaille, oui, et beaucoup. Un peu dans tous les sens, c'est vrai... D'ailleurs,  je t'ai même écrit une chanson. On ne peut pas dire que je gagne des sommes folles (encore moins en droits d’auteur!), mais je fais ce qui me plaît et ça, oui, je crois que c'est "bien". 
Pardon Père Noël si je m'emporte. Tu sais, je t'ai vu l'autre jour aux infos. T'avais l'air mal en point. C'est d'ailleurs pour ça que je t'écris. Avec ta barbe effilochée et ton costard rouge fatigué sous ton gilet jaune. Tu criais sur un rond point. Tu râlais contre la hausse du fourrages de tes rennes. Tu protestais contre les charges sociales de tes lutins. Tu flippais pour ta retraite. Et sur ce rond point, un petit garçon te regardais, désemparé. C'était triste. Tu ne te ressemblais plus. Toi qui sens si bon la cannelle, le sapin, le vin chaud, le pain d'épices... Je t'imaginais devant ce gamin dans ton costume râpeux fouettant le Sans Plomb 95... S'il te plait Père Noël, ne fais pas de politique. Laisse ça aux adultes. Laisse-les se démerder entre eux avec toutes leurs manifs, leur poudre de perlimpinpin, leurs flics, leurs SMIC, leur RIC...  Ils n'ont qu'à écrire une lettre au Président de la République? 
Je me doute que ça doit être une sacré pression de satisfaire les désirs des enfants du monde entier et que tu n'as pas un métier facile. Mais dis-toi que tu le fais sans doute plutôt bien.  Jusqu'ici aucune manif' d'enfants ne s'est jamais rassemblée nulle part pour se plaindre de tes services. 
Maintenant que j'y pense, j'ai un peu honte... je ne te l'ai jamais dit...
Merci, Père Noël.
Pour la neige, le feu dans la cheminée,  les coupes de Champagne, la famille, le sapin, le paon rouge en haut du sapin, les cadeaux, les petits mots, les mises en bouches/fruits de mers/plats/ fromages/desserts/petits fours, le cramiques le lendemain matin, Sissi Impératrice et/ou  Le père Noël est une ordure et tous les souvenirs accumulés au fil des ans... 
Père Noël, ce soir pour changer, si ça te dit, vient passer le réveillon à la maison? Je t'invite...