lundi 4 mai 2015

76. La maladie d'humour

C'est quoi au juste l'humour? Très sincèrement. Je m'interroge.

Quand je ne sais pas ce que signifie un mot, j'ai pris la bête habitude d'aller voir dans le dictionnaire.  Cela paraîtra un peu dépassé sans doute, mais je l'aime bien Robert! Je peux même dire que c'est un vieux copain. Un ami d'enfance pour ainsi dire. Et en amitié du moins, je suis fidèle. Ou presque. Je ne peux pas nier que, faible femme que je suis, j'ai parfois succombé au charme des pages de son cousin, le petit Larousse. Le pouvoir mystérieux de ses illustrations colorées sans doute... Mais Robert n'est pas jaloux, il ne m'en a jamais tenu rigueur. La preuve! Alors que je le feuillette délicatement, cet ami de toujours m'offre sans façon la définition exacte du mot Humour (nom masculin, issu du vieux français humor) et je pense que Robert ne m'en voudra pas si je la partage avec vous. 
Humour :  
1. Forme d'esprit qui cherche à mettre en valeur avec drôlerie le caractère comique, ridicule, absurde ou insolite de certains aspects de la réalité.
2. Caractère d'une situation, d'un événement qui, bien que comportant un inconvénient, peut prêter à rire.
C'est une blague Robert? Une forme d'esprit? Tu déconnes!
Ne le prends pas mal surtout, d’habitude je te fais confiance les yeux fermés mais là... J'ai comme l'impression que tu te moques de moi. Je t'assure! 
Ou alors c'est peut-être que mon esprit  n'a pas la forme requise?
Je t'accorde qu'aujourd'hui, les humoristes sont partout. Impossible de leur échapper : sur scène, à la télé, à la radio, dans les journaux, sur le Net, ils envahissent désormais nos écrans de cinéma et certains s'approprient même le Théâtre du Châtelet ! Ne va pas te méprendre Robert. Je ne dis pas qu'aucun de ces amuseurs public ne sait faire preuve de drôlerie, bien au contraire. Mais tout de même... Je ne sais pas ce qu'il en est pour toi, personnellement je sature.  
Faut-il absolument que tout devienne prétexte à une chronique cocasse ou un sketch hilarant? 
Attention, je ne te parle pas de la forme. Comme toi, je sais bien que le rire n'est pas universel et que c'est une notion subjective.... J'ai lu Bergson. Oh! Ne va pas croire que je me vante, j'étais forcée! Par mon prof de philo en Terminale. Si tu crois que ça m'a fait rire tu te trompes sérieusement (jeu de mot, force 2). Je n'ai rien compris et le jour du bac j'ai sauvé l'honneur avec un piètre 12, que mes parents n'avaient pas trouvé drôle tu peux me croire. Par contre Rabelais, Groucho Marx, François Morel et Fluide Glacial, là je maîtrise! Je sais bien que le rire ne se conjugue pas toujours au présent de l'indicatif et que Je ris n'implique pas nécessairement que Tu ris ou que Nous rions... Oui, oui, Robert, tu me l'as dit que certains adjectifs s'accordent bien avec l'humour : absurde, noir, juif, gras, grinçant, bête... Tu m'as même appris que médical peut parfois s'accorder avec humour. A ce propos,  je t'avoue que je cerne mal le concept? Passons. Ma question n'est pas Peut-on rire de tout? Desproges a déjà répondu, merci à lui. Ma question serait plutôt : POURQUOI rire de tout?
Faut-il absolument qu'on nous serve un humoriste avec le café tous les matins pendant les infos? Est-il nécessaire de faire appel à un comique pour vendre les services d'une banque ou ceux d'une assurance? Et en politique? Faut-il désormais absolument que en plus de leur orientation droitière ou gauchère, nos (ex/présents et/ou futurs) dirigeants aient aussi le sens de l'humour et parsèment leurs discours de bonnes blagues pour séduire l'électeur? Est-il obligatoire de rire quand la terre vient à peine de trembler? L'enseignement (envisagé) du stand-up et de l'improvisation au collège sera-t-il plus utile à un enfant que celui de l'histoire? Enfin, les théâtres de France et de Navarre n'ont-ils plus d'autre choix que de programmer des spectacles (prétendument) hilarants? Et je ne te parle pas de tous ces humoristes improvisés qui, de Paris à Douarnenez, font du Trempoline sur les scènes ouvertes des arrières salles de bistros!
Tu me diras, que je suis moi-même la première à écrire des chansons et spectacles comiques. Je te répondrais à l'instar de ma chouette copine Nathalie Miravette : comiques oui, mais pas que!
L'humour c'est un peu comme la nourriture, trop de sucre à force ça écœure... Un peu de fromage ou une bonne blanquette de temps en temps, ça change et puis ça varie les plaisirs!
Regarde-les comme ils rayonnent encore, ceux qu'on appelle aujourd'hui non plus Artistes, mais avec une dévotion inspirée "Grands de l'Humour" : Chaplin, De Funès, Bourvil, Maillan, Coluche, Desproges... Les prétendants(us?) humoristes actuels s'en gargarisent autant qu'ils peuvent et tant mieux. Mais croient-ils que ces virtuoses de la fantaisie passaient leurs journées à se taper le fondement sur la moquette? N'ont-ils pas montré que pour être clown on n'en est pas moins triste pour autant? Il n'y a pas que les businessmen qui aient parfois le blues...
Bien sûr, comme tout le monde, j'adore partager une franche rigolade entre copains. J'aime peiner  à reprendre mon souffle au cinéma, glousser au théâtre et me gondoler devant un artiste... Le rire est une sensation merveilleuse, magique, impromptue, parfois même inexpliquée. Du reste c'est ce qui le rend si précieux, à mon sens. Et en matière de marrade, je te prie de croire que je n'ai jamais été avare. Encore aujourd'hui on me reproche mes éclats de rires généreux et sonores!
Mais tu vois Robert, à présent, j'ai cette drôle d'impression qu'il faudrait que je rie du lever au coucher... Au soleil, sous la pluie, à midi ou à minuit comme dirait l'autre. Et je trouve ça fatigant. Je ne fais pas d'abdos à la salle de sport ce n'est pour en faire en écoutant la radio! Qu'on me laisse écouter les catastrophes naturelles, les magouilles politiques et la météo sans fantaisie, merci! C'est comme si les médias ou les producteurs de spectacle, ne sollicitaient qu'une part de mon esprit du matin au soir... Pourtant aussi surprenant que ça puisse leur paraître, je sais aussi réfléchir. Je sais même penser, analyser, ressentir, pleurer, me révolter et encore tout un tas d'autres trucs qu'ils n'imaginent même pas. 
Ou alors? Non... Et si... ?  Dis Robert... Tu crois que je n'ai pas d'humour?