lundi 29 janvier 2018

104. Pause flottante

Je dois reconnaître que je n'étais pas très rassurée en arrivant au Centre de Flottaison en Isolation Sensorielle. La dame nous a pourtant expliqué que c'était inoffensif et très relaxant, mais au premier abord, la combinaison des informations : caisson hermétique + eau saturée de sel à + 36° + noir complet, pour ma part, j'ai trouvé ça plutôt flippant. Ça ne s'est pas arrangé quand il a fallu regarder le déroulement de la séance sur une tablette. Les mots claustrophobie, peur de l'enfermement qui clignotent en rouge, ça n'incite pas franchement à la décontraction. Du reste, dans la vidéo, la Bulle de flottaison, m'avait tout l'air d'un cercueil du futur et j'étais à deux doigts de prendre mes jambes à mon cou. Mais, un ami m'avait gentiment invitée à faire cette curieuse expérience et lui, semblait parfaitement détendu, alors.... j'ai pris sur moi. D'autant que l'objectif c'était de vivre un vrai moment d'apaisement et de déconnexion, calqué sur l'expérience des spationautes de la NASA!
J'ai donc respiré un grand coup et suis rentrée dans une pièce où résonnaient - faiblement - des chants d'oiseaux tropicaux. J'ai pris une douche, mis des bouchons d'oreille et me suis finalement glissée dans la capsule, la bulle, le coffre, le caisson, enfin le truc rempli d'eau saturée de sel. D'abord il fallait le fermer. Et je peux vous dire que quand on flotte, ce n'est pas évident de trouver un appui. Mais bon, après deux trois culbutes plus ou moins grotesques, je me suis finalement laissée flotter dans l'obscurité complète.... et l'angoisse a immédiatement disparu! Si au début, les pensées se bousculaient un peu dans ma tête (si je crie est-ce qu'on m'entend? Et si jamais je veux encore faire pipi? Est-ce que synonyme a un synonyme?), très (très!) vite, je n'ai plus pensé à rien. J'ai littéralement tout relâché : les muscles, les réflexions, tout. Je me suis contenté de flotter pendant une heure qui m'a semblé dix minutes. L'eau salée opérait comme un massage apaisant sur mes nerfs, mon corps et mon cerveau et j'aurais pu rester là une heure de plus tellement j'étais bien.  Au bout d'une heure, les oiseaux tropicaux ont repris leur chant, j'ai laborieusement ouvert le capot de ma capsule (Dieu merci, personne ne filmait!) et après une nouvelle chute douche et un grand verre d'eau, j'ai retrouvé l'air libre et la sensation d'apaisement a perduré un bon moment. C'était comme redécouvrir les odeurs, le vent sur mon visage, j'avais envie de sourire à tout le monde, comme si j'avais pris un shoot de sérénité brute! Comme si j'avais déposé ma valise de mélancolie hivernale à l'entrée! A côté de moi, mon ami faisait la même expérience. Et nous restions là benêts... niaiseux... le sourire scotché aux lèvres... redoutant un peu le moment où il nous faudrait reprendre le cours de nos "vraies vies" et briser ce moment suspendu de béatitude.
Si j'avais su de quoi il s'agissait, je peux bien vous l'avouer, je n'y serais sans doute pas allée. Encore un truc de bobo... Payer pour se faire enfermer... Et puis voilà. Une heure à peine et je suis accro et j'y retourne à la première occase! Je vous encourage à tester cette expérience si d'aventure elle s'offrait à vous! C'est indescriptible. Très vite, il y a un moment où on lâche prise et c'est magique. J'aurais bien aimé transcrire les sensations, mais les mots me semblent futiles et tous petits, je vous invite donc à tester ces  Bulles de flottaison sensorielles. Le nom n'est pas très glamour, mais ça vaut le détour! Bonne séance  détente!

Les bulles à flotter


mardi 2 janvier 2018

103. Je suis venue, j'ai vu, il a plu.

Enfin, c'est fini. Dans les cartons décorations, fourchettes à belons, Gaviscon et cotillons. C'est vrai quoi, on a bien mérité d'être un peu tranquilles et de se remettre un peu en forme... avant les soldes! 
Aussi bien, cette année, je peux le dire, elles furent bien jolies les fêtes de fin d'année. Peut-être parce que ce ne furent pas des fêtes traditionnelles? Ben oui Léon, la tradition ça a du bon, mais on ne peut pas nier que d'échapper aux bousculades dans les magasins, aux amabilités sucrées des vendeurs de calendriers, à l'inévitable découvert de fin d'année ou aux huîtres farcies au foie gras et gratinées à la chapelure de marrons, cela soit particulièrement déplaisant. Non. Figurez-vous que cette année, ma petite famille et moi-même, avons gaiement échappé à toutes ces joyeusetés saisonnières. Finauds que nous sommes, nous avons troqué cadeaux, sapin et gloutonneries plus ou moins digestes, contre une escapade à la fois poétique et romaine. Avouez que ça claque! Rome à Noël. Ou l'inverse, suus omnibus idem (1). Trois jours à Rome... Ça vous a une de ces gueule au pied du sapin, surtout quand y a pas de sapin! Tiens, voilà César, Hannibal, Miche Ange, Sofia Loren et Fellini, c'est cadeau! Faut reconnaître que c'est autre chose qu'un bête coquetier électrique ou que le DVD Le monde secret des émojis. Ce qui m'amène en passant à m’interroger sur deux points. Tout d'abord que peut bien contenir un scénario de 1h31 entièrement dédié aux émojis? Je vous arrête tout de suite, il est inutile de prendre le temps de me répondre, il faut parfois savoir rester dans l'ignorance.  En second lieu, je me demande comment il se fait que certains s'obstinent encore au vingt et unième siècle à offrir des DVD? Pourquoi pas une lampe à pétrole tant qu'ils y sont ? Ou bien une lessiveuse? Mais passons. Dans nos sabots UGG/ bottines ou mocassins, point d'orange - on n'est plus dans les années 50, il serait temps qu'on arrête de nous tirer les larmes avec cette triste histoire d'agrumes! - mais un billet d'avion (aller ET retour, c'est Noël, on ne se refuse rien!) et pour aller dans nos assiettes, point de dinde/chapon/pigeon/pintade/perdrix/coq ou de quelconque représentant d'une cour plus ou moins basse, amis vegan ou gastronomes - on est rarement l'un et l'autre - réjouissez-vous! Nos orgies romaines n'ont encouragé aucun génocide hormis si l'on considère que le levain naturel utilisé par les pizzaioli (rien à voir avec une pizza à l'aïoli, non merci sans façon) est une substance vivante, dans ce cas paix à leurs pâtes et amène (ton assiette).  C'est avec une dévotion non feinte que nous avons rendu un hommage vibrant tant à la Margarita qu'aux Rigatoni alla Puttanesca. Certes, le Champagne n'a pas coulé à flots mais on ne peut pas dire que nous ayons manqué de bulles entre les verres de Spritz et ceux de Prosecco et pour ce qui est des flots, entre la Piazza di Trevi et la Piazza Navona, entre autres, on a été servis. Bref tout fut perfetto.  Ou presque. Je ne vais pas vous faire ici la visite guidée, si vous voulez rêver, allez-y vous même! Mais puisqu'on parle de flots...  Il faut que vous sachiez que célébrer Noël à Rome (ou l'inverse suus omnibus idem (2)) c'est tout de même s'exposer à quelques risques. Disons sobrement que ce n'est pas célébrer l'Ascension sous le joli soleil du mois de Mai. C'est d'abord la nuit qui tombe de bonne heure... C'est braver le froid de l'hiver... Affronter le vent...  Lutter vaillamment contre les bourrasques... Se soumettre à la bruine... Courir entre les averses... Prendre une douche en pleine rue... Chercher refuge dans un double expresso... Guetter plein d'optimisme, la fin d'une saucée...  Repartir et se retrouver pris au milieu du déluge... Espérer que ça va s'arranger... Trouver un peu de réconfort dans la mousse d'un Cappuccino... Consulter désespérément la météo à tout bout de Net... Scruter les cieux à la recherche du moindre signe... Noyer tous ses espoirs dans un Ristretto... Se résoudre à affronter les éléments déchaînés... Subir impuissant et incrédule la colère de la grêle... Se résigner.... Rester planté bêtement au pied d'un mur, le dos courbé sous les grêlons... Éclater de rire et courir comme un fou se mettre au chaud, enfin, trempé comme une soupe, grelottant, mais avec le plus beau des cadeaux, un souvenir que vous  n'oublierez jamais de votre vie! Ça, c'est un joyeux Noël !

(1) c'est du pareil au même (pour ceux qui n'ont pas fait option latin ou qui n'auraient pas conservé leur Gaffiot).

(2) Même note qu'au dessus (pour ceux qui n'ont pas de mémoire).

Felix Dies Nativiatis !