lundi 20 juin 2011

17. C'est pas parce qu'on n'a rien à dire...

Croyez-le ou non... aujourd'hui, je n'ai rien à dire! 
Moi!!! Stef! Qui ai toujours une petite anecdote savoureuse, une petite opinion contestable, un petit ragot à colporter, un petit coup de gueule sous le coude (oui, il m'arrive en effet d'avoir parfois la gueule sous le coude, je suis très souple, je fais du stretching).

On nage en pleine science-fiction diront certains. Ça nous repose diront d'autres. On s'en fiche diront les supporters du PSG. Je peux prendre le dernier croissant? dira encore ma copine Valérie. Je ne peux blâmer personne car enfin est-ce possible?

Ce matin, fidèle à mes habitudes, je m'installe devant l'ordinateur, prête à séduire le monde de mes assauts malicieux.
J'attends... Impatiente j'attends... et rien! 

Pourtant le café est bien là, fumant...
La pluie pleure sur les carreaux de mes fenêtres installant une ambiance dramatique propice à m'inspirer une envolée empreinte toute à la fois de douce mélancolie et de lyrisme (les lecteurs des pages culture de Libération me comprendront).
Tom Waits lui-même est ému et fredonne Midnight lullaby sur son piano désaccordé...
Sur le papier - toujours posé à quelques centimètres de l'écran - ma plume exaspérée, dessine, gribouille, griffonne, rature le premier couplet d'une chanson que personne ne chantera jamais (Dieu merci!)...

Non, décidément, rien. Rien de rien. Oualou, nénette, que dalle, peau de zébi, macache!
Avouez que c'est rageant! C'est vrai quoi, franchement moi ça m'énerve! J'adore écrire! Et vous? Vous qui adorez me lire? Bien sûr que ça va vous énerver aussi!

Bon écoutez, je suis vraiment désolée mais quand ça veut pas, ça veut pas... Rien à faire, je n'ai rien à dire... 
Il y a un proverbe anglais qui dit 

Le silence est le plus beau bijou d'une femme mais elle le porte rarement.  

Alors pour une fois...  profitez-en!

vendredi 10 juin 2011

16. Sans rancune...

Coucou les gens et bienvenue à tous les nouveaux qui nous rejoignent cette semaine...

Alors, dites-moi un peu. Comment ça s'est passé cette semaine? Pas trop difficile?

Certains d'entre vous n'ont pas pu venir assister à mon concert samedi dernier et ce serait bien qu'on en parle je trouve. Je vous assure que c'est important que nous échangions sur ce que vous ressentez vraiment. Vous ne devez pas retenir vos émotions comme vous le faites.  Laissez-vous aller, libérez-vous...

Vous vous sentez comment au juste? Coupables?  En colère? Déçus? Vides? Vous m'en voulez un peu peut-être? C'est tout à fait normal. Vous devez savoir que toutes ces réactions sont saines, naturelles. Vous devez aussi savoir que je ne vous en veux pas. Enfin pas trop.

Je dois par contre être tout à fait honnête avec vous : vous avez manqué un concert exceptionnel. Intime, chaleureux, convivial et, il faut bien l’avouer, d'une qualité artistique incomparable. Avec juste ce qu'il faut de trac et de maladresses.  Bref, un moment comme je les aime. Comme vous l'auriez aimé sans doute. Si vous aviez été là. 

Mais vous n'y étiez pas, à ce tout premier concert formidable.
Et il n'y aura plus jamais de premier concert de Stef!Vous l'avez raté. Vous êtes passés à côté comme on dit. Je sais, je sais, vous allez dire que ce n'était pas votre faute, que vous aviez une vraie bonne excuse : c'était le pont, vous beau-frère se pacsait en Vendée, votre estomac dansait le flamenco avec un concombre suspect, vous étiez effondrés d'avoir perdu les 23 millions du super Jackpot au tirage du Loto... 
Mais pourquoi? Pourquoi cherchez-vous à nier l'évidence? Vous étiez prévenus, vous auriez pu vous organiser. Je pense que vous devez faire preuve de courage et affronter la réalité: vous avez raté mon premier concert et c'est entièrement de votre faute.

Ce malaise, cette amertume, cette honte qui sont les vôtres aujourd'hui, vous allez devoir apprendre à vivre avec. Du moins jusqu'au prochain concert. Et non, ce ne sera pas facile. 

Peut-être que télécharger l'album, ou l'écouter (gratuitement!) sur Deezer, vous aidera à apaiser momentanément vos souffrances. Je le souhaite. N'hésitez pas à l'écouter plusieurs fois si ça vous fait du bien. De mon côté, je vous promets de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour qu'il y ait très vite d'autres merveilleux concerts auxquels vous pourrez assister et qui vous aideront à dépasser cette épreuve difficile.  

Je suis contente, nous avons bien avancé aujourd'hui. C'est important que nous puissions communiquer ainsi, vous ne trouvez pas? Je suis soucieuse que vous vous sentiez libres de venir me consulter quand quelque chose vous tracasse. Donc nous sommes bien d'accord? A partir de maintenant, on se dit tout!