mercredi 14 décembre 2011

24. Billet humeuristique

Alors? Comment ça va vous? Vous vous préparez pour les fêtes? Courage, plus que 15 jours et c'est fini! 
A ce sujet et dans un élan d'extrême générosité, je vous épargnerai le paragraphe humoristique mêlant courses effrénées, cadeaux inutiles et/ou déplaisants, ou repas traditionnels supracaloriques. Si vraiment vous y tenez, je vous invite plutôt à revoir Le Père Noël est une ordure, qui mêle à la perfection humour et fêtes de fin d'année. Évitez par contre à tout prix Le Père Noël contre les Martiens, à moins que votre taux d'alcoolémie ne dépasse les 2g/l et encore...

Parlons plutôt de moi.
C'est vrai ça: plus d'un mois que je n'ai pas donné de nouvelles et personne ne s'inquiète? Charmant!
Je plaisante...

Pour être tout à fait honnête, je n'avais pas la super frite et du coup, pas trop envie d'écrire. Oh, je les entends déjà les exclamations incrédules : "Stef!? Elle est toujours de bonne humeur! Et avec ça, un de ces punchs! Pas le moral, elle? Impossible!" C'est étrange ça, les impressions qu'on donne... Qui sait? Malraux était peut-être le roi du canular téléphonique, Carlos un inconditionnel de Haendel et Sophia Loren portait des pyjamas en pilou?

Tout ça pour dire, que comme tout le monde, il y a des jours où ça va, et puis d'autres, non. Pour ne rien arranger, c'est toujours quand vous avez le moral au fond des Kindy, que les petites misères quotidiennes vous persécutent : la baignoire se bouche, la cafetière tombe en panne, la fourrière vous embarque la voiture - exceptionnellement empruntée à votre père! - ou la batterie du vélo vous lâche. Sans compter les livraisons de produits défectueux et le gymkhana de retour de marchandise!  Avouez-que... Hein? Bon!

C'est des broutilles tout ça. Un autre jour, j'en aurais peut-être même fait une chanson!
Mais aujourd'hui, je suis cafardeuse. Je me pose inlassablement des questions sur cette aventure musicale qui peine à décoller malgré les retours enthousiastes et chaleureux des spectateurs.
Oui la conjoncture est difficile, oui il faut savoir être patient, croire en sa bonne étoile et faire confiance au temps. Mais comme il coûte cher ce temps quand on est artiste autoproduit...
Alors quoi? Sans financement extérieur, sans soutien professionnel, sans visibilité réelle auprès du public ou des programmateurs, et allez disons-le, sans famille dans le showbiz ni aucun piston à l'horizon, bref sans rien d'autre que moi, mes chansons, le soutien indéfectible de mes proches, ma bonne volonté et ma fameuse énergie, ce projet décollera-t-il? Où est la faille? Où est l'erreur? Faut-il abandonner et reconnaître l'échec ou s'acharner quel qu'en soit le prix? Me voilà perdue, et un peu découragée, je l'avoue. Et pourtant...

Et pourtant, voilà que le Théâtre des Blancs Manteaux me fait confiance et me prolonge en 2012, m'offrant à la fois un nouvel horaire plus accessible (le dimanche à 17h30) et puis, tombée du ciel,  la salle Jacques Higelin comme si Jacquot lui-même m'enjoignait de tenir bon... Se pourrait-il que le vent tourne? Si seulement...

Et si le Père Noël n'était pas tout à fait une ordure?



Stef! Dans la panade par stefabou

3 commentaires:

  1. J'ai déjà vu la Stef des mauvais jours... rigolarde à souhait et pleine d'énergie à partager le soir même!! Mais tu l'as donné toi même la conclusion de ce billet cafardeux : si les Blancs Manteaux te font de nouveau confiance, c'est que c'est du tout bon Stef! Alors tu me fais le plaisir de ne pas lâcher parce que des comme toi, sincèrement, y'en a pas beaucoup! Courage (un peu) et bon vent (bien fort). A tout bientôt. Arno

    RépondreSupprimer
  2. Coucou Stéf,
    Je vois que tout le monde est un peu "pas bien dans nos baskets" à cette époque de l'année...pourtant moi j'aime bien les fêtes de noel, mais cette année les problèmes d'argent gâche tout...je vois que tu t'inquiètes pour ta carrière mais je pense que tout ira bien, qu'il y a quelques fois des moments difficiles et surtout dans ce métier...je trouve que tu as beaucoup de courage et je sais que tu vas y arriver....je suis contente pour toi, que Les blancs manteaux te prolonge, j'espère venir te voir un de ces jours...et un dimanche c'est mieux...je te fais de gros bisous
    Dominique

    RépondreSupprimer
  3. Ravi de savoir que tu prolonge !! Avec un peu de chance on pourra (peut-être...) faire un tour à Paris pour te voir dans tes oeuvres...

    RépondreSupprimer