mardi 17 avril 2012

30. Panne d'aisance....

Ça devait bien finir par arriver un jour... Mais quand même on a beau le savoir, s'y attendre même, ça surprend toujours et puis surtout, ça énerve! 
La panne. 
Si encore, ce n'était qu'une simple panne de voiture... Bon. Je n'ai pas de voiture, mais il n'empêche, ça pourrait m'arriver quand même! Et là, permettez moi de vous dire que je saurais quoi faire!
Pour commencer, je me mettrais en colère et je ferais ça comme il faut: je proférerais tout d'abord rageusement toutes les injures que je connais, au besoin, j'en inventerais quelques-unes. En français d'abord, puis en anglais et pour finir, en espagnol! Il me semble important de conserver un certain panache, même dans l'adversité. 
Ensuite, vaguement calmée, un peu nouille, je tournerais à nouveau 7 ou 8 fois la clé de contact sans comprendre pourquoi l'auto ne se remet pas miraculeusement en marche par la simple force de ma volonté? Gourde, je finirais probablement par sortir de l'habitacle pour vérifier qu'aucun pneu n'est crevé, sans noter l'absurdité d'un tel comportement vu que si la voiture ne démarre pas, c'est vraisemblablement DANS la voiture qu'il y a un problème!!!
Une fois que j'aurais constaté que dehors tout va bien, que la pluie, imitant la nuit, se serait mise à tomber, que contrairement aux pneus, la batterie de mon portable, elle, est bel et bien à plat, bref que je suis seule et abandonnée sur ce périphérique hostile et qu'il est absolument hors de question que je marche 1km (dans quel sens d'abord?) avec ces fichus talons pour rejoindre la borne d'urgence la plus proche, alors seulement, je sortirais ma dernière arme, terrible, fatale, imparable...
Sur la bande d'arrêt d'urgence, échevelée, le rimmel négligé, débraillée, sexy en diable malgré le gilet jaune fluorescent j'appellerais au secours, magnifique d'infortune dans ce décor apocalyptique! Soudain, tout me reviendrait en mémoire: mes cours de théâtre, la composition du personnage, l'Actor Studio, Stanislavsky, Lee Strasberg!
C'est alors qu'un automobiliste surgirait à bord de sa Peugeot (ou de sa Citroën, qu'est-ce que j'y connais moi?). Ensorcelé, il n'aurait d'autre choix que de venir à moi, ému, par ma présence sur le bord de cette route, ma détresse, ma solitude, mon cri, mes larmes peut-être, on ne sait jamais, avec cette pollution! Ce serait beau comme sur TF1. Pour finir, il m'annoncerait que c'est juste une panne d'essence, et que c'est bien les gonzesses de pas penser à faire le plein à temps! Enfin bon, si elle veut la petite dame, il peut toujours la déposer à la prochaine station!
... 
En tout cas, je saurais quoi faire! 

Mais là... C'est bien pire! 
C'est mon stylo qui est en panne. Enfin mon stylo, mon cerveau oui! Impossible d'écrire la moindre rime, le moindre couplet, le moindre refrain!!!! Et inutile de chercher refuge dans mes réminiscences scéniques pour me sortir de l'impasse. Un mois que ma chanson s'arrête sur ce premier couplet, pourtant si prometteur. Je ne comprends pas... Vraiment, je vous jure... C'est la première fois que ça m'arrive!

2 commentaires:

  1. c'est peut etre le clip du permis qui t'a foutu HS stef ? en tout cas, j'ai hâte de voir le résultat, tu nous tiens au courant hein ?

    RépondreSupprimer
  2. Eh bien, pour quelqu'un qui est en panne d'écriture, je trouve que tu viens de livrer un bien beau texte !!!!
    T'es sûre de ta panne ????
    Allez plein de grosses bises dans le cou ! (ça décoince !!!!!)
    le lolo de ton coeur

    RépondreSupprimer