samedi 24 mars 2012

29. Et voilà, c'est fini...

Oui, oui, ok, j'avoue. Je ne me suis pas trop foulée pour le titre de ce message. Je l'ai piqué à Jean-Louis Aubert, qui ne m'en voudra pas trop j'espère, d'autant que, entre nous, il a quand même fait mieux.
Mais c'est simple, concis, efficace alors  pourquoi me torturer le cortex pour trouver un titre spirituel? Là, on comprend d'emblée.

Donc...
Si vous avez un tout petit peu suivi, dimanche dernier, c'était la dernière de mes Chansons à voir aux Théâtre les Blancs Manteaux. Il serait franchement inexact de qualifier ce moment de triste. Et vous savez comme je n'aime pas l'inexactitude! Pourt résumer sobrement, c''était d'enfer! Du monde, des fous rires, un pianiste en pleine forme, une chaleur abominable, une bière infecte, tiède de surcroît, des rappels je ne vous dis que ça, bref tout ce que j'aime!  Pour autant, je me dois d'être honnête et d'avouer, peu fière, qu'une fois rentrée à la maison, j'avais au choix, soit du shampoing, soit du piment dans les yeux. Remarquez, pourquoi voir petit? Les deux peut-être? Je ne suis pas spécialiste. J'ai cependant des doutes quant aux vertus capillaires de la harissa... Quoique?

Passons. J'ai actuellement d'autres préoccupations que mes cheveux surtout que pour une fois, ma teinture Cerise écrasées resplendit dans les reflets du soleil de printemps! D'autant que au final, je n'avais rien dans les yeux... Il s'est avéré que j'avais tout simplement le coeur qui pique un peu...
- C'est grave docteur?
- Ça arrive, Mademoiselle (J'en profite ici pour glisser subrepticement  le terme  Mademoiselle, que l'administration souhaite faire disparaître de nos dictionnaires et que je trouve pour ma part  très joli! )
- Et que dois-je faire? 
- Pas grand'chose hélas. Prenez peut-être un verre de ce délicieux Mâcon? Vous verrez, ça ira déjà un peu mieux...
J'obéis docilement...

Et maintenant me demanderez-vous poliment?
Tout d'abord, je vous prierais de parler moins fort parce que le délicieux Mâcon, c'est bon, mais de bon matin, c'est traître. Ensuite, je vous serais reconnaissante de ne pas être désagréable! Est-ce que je vous en pose moi des questions? Je vous demande si votre cousine Adélaide aime le curling ou si votre oncle Albert est diabétique? Non. Bon. Alors?
Pardon. Je m'emporte. Mettez ça sur le compte du Mâcon. Et puis non! C'est vrai quoi, c'est rageant - c'est ma grand-mère qui utilisait ce mot, rageant, grr! On avait pris du temps pour prendre  nos marques, c'est vrai, mais depuis quelques semaines, je m'y habituais très bien aux salles quasi pleines, impatientes, aux rires, aux applaudissements, aux retours chaleureux, aux critiques élogieuses sur Billetreduc, et même aux quelques journalistes (deux pour être tout à fait exact, mais on ne va pas compter!) curieux d'abord, puis séduits, tout prêts à dégainer leur plume...
Et puis là, tout d'un coup, en route pour  un petit succès à défaut de la gloire, il faudrait s'arrêter. Pour d'obscures histoires d'argent parce que oui, il en faut tout de même un peu (si ce n'est beaucoup!) pour faire le troubadour, surtout si on veut que ça décolle,  peut-être...
Allez, ne soyons pas défaitiste... Voyons ce que nous réserve la suite!
Il paraît que certaines attendent le prince charmant. Pour ma part, j'attends le charmant producteur qui, curieux, s'intéressera à mes chansonnettes et fera, d'un coup de chéquier magique, de ces Chansons à voir, un conte de fête!

Il était une fois chanteuse qui s'appelait Stef! ...

dimanche 11 mars 2012

Le Permis, bientôt le clip?

Eh, oh, les copains, excusez-moi je vous dérange... Z'auriez pas 5€? 10€? Parce que le petit gars là, il va faire un clip d'enfer avec Le Permis, de l'animation!!! Bon, enfin si on trouve les 1000€! 1000€? C'est 200 copains qui nous fileraient 5€... ou 100 copains qui nous fileraient 10€ ou même 10 seulement qui lâcheraient 100€... c'est dingue non? On compte sur vous, et vos amis ;-)

vendredi 9 mars 2012

28. Nous les femmes...

Après le Cancer (4 février), le Sida (1er décembre), l'Homophobie (17 Mai), le Tabac (31 Mai), la Faim (15 juin), et même la Prostate (15 Septembre) et la Ménopause (18 Octobre) - j'en passe et des plus invraisemblables! - aujourd'hui 8 Mars, mes bien chères sœurs, réjouissons, car abracadabra, la voici, la voilà, notre journée à nous les femmes!
Aaaaaaah! 
Avouez que tout de suite, on se sent mieux, non? 
Figurer sur la liste des pires fléaux qui menacent l'humanité toute entière au point qu'on y consacre une journée complète, il faut tout de même bien l'admettre les copines, c'est flatteur.
Ce qui me gêne un peu par contre, c'est que personne n'ait songé à lancer une collecte au profit de cette belle cause. Alors quoi? Pas de Femmethon (oui, le nom serait certainement à revoir!)? Pas de Femmaction? Personnellement, je trouve ça un peu vexant.
Je suppose que pour lancer une Opération Aspirateurs, on pourrait très probablement solliciter David Douillet qui 'pense', le noble animal :
Pour l'équilibre des enfants, je pense que la femme est mieux au foyer.
Les frangines, remercions comme il se doit Monsieur le Ministre,  qui a la bonté de nous rappeler où se trouve notre place véritable.
N'oublions pas non plus notre grand poète national, j'ai nommé Michel Sardou, qui mériterait quant à lui le poste de Ministre de la Culture. En effet, Michel a cru subtil d'en remettre une couche 30 ans plus tard avec le titre - j'ai beau chercher je ne vois pas d'épithète! - Femmes des années 2010 :
Se dire qu'au fond ce sont des femmes
Et que, mon Dieu, ce n'est pas un drame
Les gonzesses, je vous le dis tout net, me voilà rassurée! Merci Mimi! Tant de finesse et de lyrisme me feraient presque mourir, étouffée par la bile de ma jalousie, envieuse que je suis de ne pas avoir signé ces vers moi-même! Flûte!

Pour ce qui me concerne, pour la Journée Mondiale de la Femme, je me suis levée et j'ai pris un café, non sucré pour ne pas faire déborder mon jean.
Comme tous les jours, j'ai pris le métro et je me suis demandé comment faisaient ces mamans avec leurs poussettes dans les escaliers?
Comme tous les jours je suis allée bosser et j'ai dit bonjour, comment ça va, à Edna qui sourit tout le temps et qui fait la manche au métro Buzenval depuis les trois ans que je me rends au travail.
Comme tous les jours, j'ai déjeuné, j'ai vu une ou deux copines et griffonné quelques idées impossible à relire plus tard dans mon carnet.
Personne ne m'a offert de fleurs.
Personne ne m'a dit à quel point je suis belle/drôle/charmante et/ou spirituelle.
Personne ne m'a dit 'Ce soir, t'inquiète, j'ai préparé le dîner. Tu veux que je te fasse couler un bain?'.
C'est sûr, personne non plus ne m'a mis son poing dans la figure et personne ne m'a 'pissé à la raie, salope'. Je dois dire merci?
Ceci étant, sans être féministe, la Journée Mondiale de la Femme, je ne vois pas bien le but.
La Fête des Mères au moins t'as un cadeau et on t'apporte le café, les croissants et le cendrier/pot de yaourt au lit.
Et si c'est une journée contre les violences faites aux femmes, un jour par an ça me semble un peu juste pour résoudre le problème...
Les copines, s'il faut vraiment qu'on nous rende hommage, autant que ce soit bien fait! Et comme, paraît-il, on n'est jamais si bien servie que par soi-même, je vous propose de pratiquer comme moi l'auto célébration, puisqu'on nous l'a assez répété, nous le valons bien! Pour ma part, c'est mon cul que j'ai choisi de glorifier en chanson, la preuve en images ci-dessous!

Je rappellerais pour finir que le 11 mars, grâce à nos amis canadiens, nous célébrerons la Journée Mondiale de la Plomberie. Un hommage déguisé?  Gare aux fuites les filles!