mercredi 26 décembre 2012

41. Et der de douze

Bon.
Ben rebelote. Je crois bien qu'il faut que je m'y remette.
Moi qui pensais que c'était la fin du blog.
J'ai laissé traîner, histoire d'être sûre, mais il faut que je me rende à l'évidence, je me suis fait avoir par les Mayas et leur prédiction à la noix de pécan.  
Ce qui prouve au passage que les Précolombiens n'étaient pas les derniers en matière de rigolade et qu'on savait se gondoler bien avant Jésus Christ. 
C'est qu'entre deux incantations et trois sacrifices, on se marrait drôlement au fin fond des pyramides!

Si ça se trouve, après avoir vidé deux ou trois cruches sacrées de mezcal, Macareno et Quesadillo  se sont engueulé rapport à la partie de jeu de balle de l'après-midi. Oui, outre Longjumeau et Soignolles-en-Brie, je suis également allée à Chichen Itza où vous ne manquerez pas de visiter le temple sacré avec son célèbre serpent à plumes et ses 365 marches, d'admirer son charmant Mur de Crânes Sacrifiés et pour finir, de découvrir son terrain de Juego de Pelota, Jeu de Balle ou de Pelote (si, si, hablo un poquito espanol: Vamos a comer chuletas, hombre? No, esta maleta de cocaina no me pertenece). Jeu de Balle dont les perdants étaient décapités parce que quand même, il y a des limites, même à la rigolade!
 
Bref, m'est avis qu'avant de se laisser étêter par qui que ce soit, chacun aura voulu barbouiller son point de vue sur les murs d'un temple restés vierges, histoire d'illustrer concrètement et la partie et son propos, à savoir qu'il n'était pas le dernier des nuls à la Pelote et que quand même, ça n'était pas à lui qu'on allait apprendre à jouer ni, par voie de conséquence, couper la tête. 

Hélas, Macareno et Quesadillo, s'ils n'étaient pas les derniers des nuls à la Pelote, ne brillaient en revanche pas en dessin. Ils étaient d'autant plus nuls qu'ils avaient bu une ou deux coupes sacrées de trop. Entre deux dessins, ils tombèrent d'accord de ne décapiter personne et de déclarer vainqueur celui qui descendrait le plus de coupes sacrées. Le score final s'élevait à 211/212.

3000 ans plus tard, de sombres (et sobres)  imbéciles ont pris leurs graffitis primitifs et sportifs assortis de ces mystérieux chiffres 211212 pour la date d'une prophétique pluie d'astéroïdes ou je ne sais quelle autre allégorie de collision apocalyptique.
 
Résultat, moi qui me fie souvent aux imbéciles, qu'ils soient sobres ou non,  je n'avais rien prévu pour ce dernier blog de l'année. Forcément. Puisqu'on devait tous être morts. Et comme je ne crois pas avoir de lecteur Burgarachois, je n'ai rien préparé du tout. Ce n'est pas la fin du monde, me direz-vous, la fin de l'année tout au plus.
Pour ma part, je trouve que c'est déjà pas mal. J'espère même que la fin de 2012 coïncidera avec  la fin de l'immonde!  Croisons-les doigts!

Allez, entre deux huîtres, je lève une sacrée coupe à votre santé et vous souhaite de belles fêtes - et de belles indigestions - de fin d'année à tous!

PS:  Le clip en LSF de Coming Out avec Bruno Moncelle est enfin en ligne et il est magnifique! Aimez, diffusez, partagez- le sans retenue!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire