mardi 26 mars 2013

45. Anormale saisonnière

Ça y est! Enfin! Il est là!
Comment ça "NON"? Qui a dit "NON"? C'est nul ce "NON", c'est miteux même.
Ça m'aurait étonné aussi qu'il n'y en ait pas un pour faire du mauvais esprit! Qu'est-ce que c'est encore que ce bête esprit de contradiction: "NON"? Vous vous croyez malin? Eh bien, permettez-moi de vous dire que cette attitude atrabilaire...  (Là, je prends un petit temps. C'est pour ça les points de suspension, pour le petit temps. D'abord pour savourer l'effet produit par l'usage du mot atrabilaire sur le lecteur ébloui par l'étendue de mes connaissances sémantiques et ensuite parce je suis particulièrement fière d'avoir réussi à placer ce mot dans le contexte approprié et que ça mérite bien un Granola!)... Cette attitude disai-je, ne vous mènera nulle part!
Regardez-donc plutôt autour de vous, j'invente peut-être?
Et ces pantacourts fluos qui fleurissent aux vitrines? Et ces fraises espagnoles? Et ces asperges marocaines? Elles ne débarquent pas chez les maraichers peut-être? Et les supers promos sur les barbecues électriques chez Casto, ça ne vous évoque rien? Ce doux parfum synthétique de lilas qui flotte dans la cage d'escalier fraîchement lessivée par la gardienne, vous trouvez ça naturel? Le retour de la Foire du Trône? Toujours rien?  Les Huit Jours en Or du Printemps... qui tombent justement maintenant? Simple coïncidence? Mais bon sang, Alexis HK et La rue Kétanou au Printemps de Bourges? Ce ne sont pas des preuves peur-être?
Oh bien sûr, je les entends d'ici les pisse-vinaigre grommeler leur complainte saumâtre! "Il fait froid... Y en a marre de la pluie... Mais ça n'en finira jamais? De mon temps, ça durait moins longtemps... Ah la la, y' a plus de saison... Manquerait plus qu'il grêle... Il est dégueu ce café... "
Vous arrêtez de râler un peu? Puisqu'on vous dit qu'il est revenu! Allez hop! Sortez les sécateurs et les binettes, les plantoirs et les serfouettes, c'est le moment de planter géraniums, fuschias et capucines! D'accord, vous oublierez de les arroser et vos jolies balconnières crèveront en juillet, et alors?  C'est le printemps nom de Dieu! Les jours rallongent, les oiseaux gazouillent, les ados bourgeonnent! Ça sent bon le gigot rôti! Mesdemoiselles à défaut du pantacourt, ressortez les jupettes, fluos si possible, effet garanti sur ces messieurs quand ils vous regarderont faire la belle à Velib'! Quant à vous messieurs, il semble que cette année la chemise se porte fleurie. Soyez sans crainte, le liberty ne portera aucun préjudice à votre virilité, à moins que vous ne fassiez vous-même la belle à Vélib', mais je ne juge personne!
Moi le printemps, je vous avoue, je m'en fous un peu. D'ailleurs, je m'habille tout pareil. Le printemps me donne pêle-mêle des envies  de sieste, de  petit blanc au comptoir des Foudres, de flâner sous le soleil qui luit timidement sur les allées du Père Lachaise, de bouquiner square Joseph Champlain (qui est au juste Joseph Champlain, je vous le demande?), de ressortir à vélo, de fuguer en Bretagne, en Ardèche ou en Italie... Eh oui, c'est ça aussi les joies du chômage! On apprécie mieux le cycle des saisons! En hiver je me languis du printemps et au printemps de l'hiver...
Allez, je vous quitte, je vous accorde que ce n'est pas mon meilleur billet. Vous voudrez bien m'excuser, moi au printemps, je suis surtout un peu feignasse... J'émerge... Après le gel et le ralenti de l'hiver, l'encre de ma plume se réchauffe à peine. Il me faut un petit temps d'adaptation. Je ne peux quand même pas refaire le coup des points de suspension! Tiens... Et pourquoi pas? 
...

1 commentaire:

  1. Merci pour la découverte de ce mot atrabilaire, que je vais vite rayer de ma mémoire. j'en veux pas !
    Biz du LO

    RépondreSupprimer