dimanche 8 décembre 2013

57. Bye bye Madiba...

Ce matin, je préfère vous le dire tout net, c'est la poisse! Je vous résume la situation (en termes choisis ce la va de soi):

Il n'est rien advenu cette quinzaine hélas
Qui vaille d'être narré en des termes cocasses... 

Ce n'est pas du Rimbaud d'accord, mais enfin c'est explicite. Du reste, je porte à votre attention négligente que je n'ai rien à dire, peut-être, mais  je me suis quand même fendue de deux Alexandrie, alexandrins!
Bref. Ces derniers temps, ma petite vie égotiste suivait donc un cours tranquille et sans vaguelettes et je me demandais, soucieuse, de quoi j'allais bien pouvoir vous entretenir. Et puis aujourd'hui, voilà que les vaguelettes ont viré au coup de tabac. Les paupières encore engourdies, entre deux bâillements, j'exécute machinalement mon parcours du matin: du lit à la cuisine d'abord et allumer la machine à café, de la cuisine au salon ensuite, brancher la radio et enfin du salon à la salle de bain, observer mon reflet dans le miroir, mesurer l'ampleur des dégâts et soupirer... Soudain, voilà que la voix lointaine de Patrick Cohen m'annonce sans ménagement que Nelson Mandela est mort et me voilà parfaitement réveillée!
Nelson Mandela est mort...
La brosse à dents me tombent des mains. Le dentifrice me coule sur le menton et je reste quelques secondes parfaitement ahurie. "Nelson Mandela n'est plus" répète France Inter croyant sans doute que je n'ai pas bien compris. "Mandela s'est éteint cette nuit à l'âge de 95 ans." Mais c'est qu'elle insiste la garce. L'envie me prend alors de lui répondre: "Ta gueule!". En pyjama au milieu du salon, je suis incapable de bouger. Je me sens étrangement vide et j'ai les yeux qui piquent. La radio, sadique, entame alors une litanie d'hommages, d'archives, de témoignages mais je ne l'écoute plus.
Comment est-ce possible? Il y a des personnes que l'on croit immortelles. 
Alors que sonnée, je m'assois sur le canapé, les souvenirs se bousculent et comme par hasard, la première chose qui me revient c'est une chanson. Bien sûr. 1989... Johnny Clegg et Savuka enflamment mon électrophone et la télévision. Dans leurs pantalons multicolores, Johnny et ses musiciens noirs et blancs, s'insurgent en musique: Asiiiiiiiiiiiiiiimbonanga (Pour ceux d'entre vous qui ne parleraient pas couramment l’afrikaner, ça veut dire Nous ne l'avons pas vu). Du haut de mes quinze ans, je m'insurge avec eux. En tant que citoyenne du monde, j'exige qu'on libère Mandela! Las, à ma grande surprise, mes exigences ne sont suivies d'aucun résultat.... Comment est-ce possible? Mon adolescence se révolte devant tant d’injustice. Ma conscience politique se réveille, se construit, ouvrant la voie à une longue série de déceptions et d'idéaux désenchantés...Quelques années plus tard,  sans que j'y sois pour rien, mon vœu sera pourtant exaucé. Je me souviens d'une allégresse universelle. Je me souviens que la télévision diffusait les images d'un géant au sourire ensoleillé. Et encore une fois, je me souviens en musique. En Écosse, Simple Minds se réjouit de l'évènement et moi avec. Enthousiaste, je reprends avec eux Oh oh oh Mandela's free...
Le cours de ma petite vie m'appelle et je reprends à présent le chemin de la salle bain. Le long du couloir, soudainement rajeunie, je fredonne ces mélodies à mi voix. Au delà de l'homme et du symbole qui s'est éteint pendant mon sommeil, je réalise qu'elle est loin aujourd'hui mon adolescence. Le reflet du miroir semble d'ailleurs du même avis. Elle est étrange cette sensation qui me saisit. La disparition d'un parfait inconnu qui déclenche à la fois émotion, vide et mélancolie Qui réveille encore les idéaux engourdis d'une citoyenneté souvent déçue...

Dans mon dictionnaire de citations, Madiba me rappelle que :

"La bonté de l’homme est une flamme qu’on peut cacher, mais qu’on ne peut jamais éteindre."

Regonflée par tant d'optimisme, je me rappelle alors que si on veut changer le monde... on peut! Suffit de s'y mettre. Alors, au boulot!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire