samedi 28 juillet 2012

34. Carte postale

On a beau dire, les vacances, ça a du bon : on change d'air, on se ressource, on fait des découvertes, des rencontres... En plus, quand on revient, on a plein de chouettes souvenirs et je ne parle pas ici de l'affreux Tshirt I love Nouillorc dégotté au bar tabac local pour Tonton Norbert mais des fous rires, des interminables parties de pétanque sous les platanes et autres couchers de soleil. On revient aussi avec plein de nouveaux sujets de conversation dans la valise avec lesquels on pourra briller en société! C'est merveilleux!  On a bien quelques kilos en trop, et plus un sou dans le crapaud, mais qu'importe!

Tenez, moi qui vous parle par exemple, je reviens d'Irlande.
J'en profite pour faire une petite parenthèse. Vous savez que ça m'aurait fait plaisir qu'on parle de vous pour changer? Parce qu'on ne peut pas dire que vous soyez très causant. Très franchement, je trouve que ce n'est pas évident d'avoir une conversation avec vous. Inutile de protester! Avouez que vous n'y mettez pas vraiment du vôtre! D'ailleurs, puisqu'on en parle, je trouve que vous ne vous investissez pas vraiment dans notre relation. Je ne sens pas de véritable échange entre nous. D'un autre côté, je peux comprendre, ma vie est tellement passionnante, mais tout de même... Vous pourriez faire un effort! 

Mais revenons à nos moutons. 
Dites, vous avez compris le jeu de mots? Nos moutons? Non, c'est parce que je reviens d'Irlande... Et en Irlande... des moutons... il y en a tout plein! 
Ha! Ha! Vous noterez que je n'ai rien perdu de ma légendaire faconde! Je suis en pleine forme moi! C'est la Guinness ça.
C'est qu'en Irlande, on ne joue pas trop à la pétanque voyez-vous. C'est peut-être parce qu'il n'y a pas de platanes? Par contre, vous trouverez des moutons partout, des cailloux, des choux, quelques hiboux et aussi un ou deux chevaux ici et là, mais ce que vous trouverez surtout, c'est de la Guinness à tous les coins de pubs!
Pour moi qui ne verse habituellement pas trop dans la cervoise ou autre cercueil, vu que, je (me) cite:   
Ah! Ah!  Je m'sens pas bien
Ah! Ah! L'alcool ça craint
 
in Cuite
Pour moi, disais-je, ce stage intensif de brune n'était pas gagné d'avance. Du coup, je ne suis pas peu fière de dire que je me suis montrée à la hauteur! J'ai peut-être un peu flanché devant la tourte à la Guinness, mais qui n'a pas ses petites faiblesses? Et puis à quoi bon le nier, c'est franchement dégueulasse!
Je prie d'ailleurs mes nouveaux amis irlandais de bien vouloir m'excuser mais pour ce qui est de la bouffe, l'Irlande c'est pas Lucullus! D'un autre côté, il faut bien reconnaître qu'avec une ou deux Guinness les pommes de terre au pain ou les pizzas aux frites ça ne se digère pas si mal après tout!

Je tiens également, une fois n'est pas coutume, à rendre justice à Michel Sardou (si, si!) parce que Les lacs du Connemara, finalement c'est pas si nul! J'ai d'ailleurs claironné comme il faut cet hymne alors que je foulais la terre brûlée au vent des landes de pierres. Cette œuvre me semble en effet décrire fidèlement le paysage et l'ambiance desdits lacs. Pour ce qui est du texte tout du moins. Côté musique par contre, je conseillerais à Michel de prendre quelques leçons en général et  avec les autochtones en particulier...

Les amis, je pourrais vous parler encore longtemps de ce beau pays avec lequel je suis littéralement tombée en amour. De ces merveilleux amis que je m'y suis fait et qui me manquent déjà, de leur humour, de leur générosité... Je pourrais bien sûr vous abreuver d'anecdotes et d'historiettes savoureuses. Mais non. Aucun discours ne pourrait vous décrire ce merveilleux voyage. Quelques photos à la limite... Mais je connais trop le calvaire des soirées diapos pour vous l'infliger! Je note au passage sur mon carnet que c'est peut-être une bonne idée de sujet pour une future chanson. Vos témoignages sont les bienvenus!

Je vous invite simplement, si un jour l'occasion se présentait à vous, à sauter dans le premier avion en partance pour l'Irlande, je suis sûre que comme moi, vous reviendrez conquis, malgré le gris, malgré la pluie...

Après tout, peut-être bien qu'en Irlande, le soleil boit des coups au fond des pubs...



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire