Articles

Affichage des articles du 2014

70. Dé Band Aid

Que chacun se rassure, dans un élan de clémence superbe, j'ai décidé de vous épargner sapin, guirlandes, Père Neuneu et autres joyeusetés de saison, bref l'incontournable (et pourtant ici contourné!) : LE post de Noël. Post qui est, disons-le tout net, souvent tout autant indigeste que la tentative de bûche marrons-patate douce de Tante Jacqueline.  Non, non, ne me remerciez pas, c'est un cadeau qui vient du cœur. Sachez toutefois que si ce genre de chronique vous botte - de Noël - les magazines prétendument féminins que j'affectionne tant sauront probablement vous délecter en cette saison joyeuse, ou tout du moins joyeuse par tradition. Attention, ne vous méprenez pas! Cela ne signifie pas que vous échapperez à la chronique de mon réveillon du Nouvel An qui cette année encore, ne manquera certainement pas d'être misérable d'une façon quelconque. Bien que superbe, ma clémence a ses limites!  Alors donc, vous voilà maintenant trépigneux et impatiards. De quel s…

69. Confession infâme

Image
Cher lecteur, je dois te faire une confession. Ce ne sera pas facile et sans doute je vais te décevoir. Il y aura des cris, des reproches, des larmes, et tu m'en voudras, c'est certain. Tant pis. Ce sera douloureux, mais il faut en passer par là. Et je préfère que tu l'apprennes par moi plutôt que par un autre. Je te dois bien ça. 
Cher lecteur... Je... Je chante du Michel Sardou.
...  Pardon.
Attends, attends! Ne pars pas! Écoute-moi... Oui bon ça va, tu m'as comprise... Lis-moi au moins! Allez, je t'en prie, laisse-moi t'expliquer! Michel et moi ce n'est pas du sérieux! Je t'assure. C'est pour rire! Je te jure, je n'ai rien fait pour que ça arrive. Michel m'est tombé dessus sans que je m'y attende. Euh... c'est une image, tu l'as bien compris? Dans le doute, je préfère préciser, on ne sait jamais. C'était un soir de mai. J'étais à Toulouse, un ami - dont je préfère préserver l'anonymat afin de lui éviter des ennu…

68. Eh ben mon vieux!

Image
Je dois vous avouer que cette semaine, au moment de vous écrire je ne suis pas très inspirée. Ne le prenez pas pour vous, ça n'a rien de personnel. Sans doute, la mélancolie automnale m'aura-t-elle gagnée. Derrière l'écran de mon ordi, le café est tiède et le curseur, docile, clignote en attendant d'aligner des mots que je ne trouve pas. Dehors, le ciel fait la gueule et la pluie frappe incessamment aux carreaux de mes fenêtres. On dirait le début d'un mauvais polar... Un truc genre Meurtre à Eurodisney : "La journée avait mal commencé pour Églantine. Non seulement, il n'y avait plus de Nutella, mais son chat Cookie, manquait à l'appel de quoi contrarier la jeune et belle contractuelle quand tout à coup..."
Je ne sais pas ce que j'ai, d'habitude j'ai tellement hâte de vous écrire! En plus la semaine a pourtant tellement bien commencé. Figurez-vous que je suis allée pousser mes chansonnettes à Reims. Enfin presque, je me suis arrêtée à…

67. Fréquentations à la hausse

Image
Depuis quelques jours, ma vie n'est plus la même. Je fréquente des people. Oh bien sûr, je me doutais bien que ça finirait par arriver un jour. Quand on travaille, comme moi, dans le show business on a ses petites obligations. Eh bien justement, ce jour est arrivé hier. Hier! Moi qui avais toujours cru que ce jour coïnciderait précisément avec celui de mon heure de gloire, eh bien pas du tout! Résultat, je n'étais pas préparée et très honnêtement, je n'ai pas vraiment été à la hauteur de la situation. Sans vouloir me vanter, je crois même pouvoir dire que j'ai été complètement en dessous. Du moins en ce qui concerne Eric. Cantona. Vous connaissez Eric bien sûr? Au football? Vous êtes sûr que vous ne confondez pas? Je vous parle de l'acteur Eric Cantona. Enfin de Eric quoi! Bref, voilà comment cela s'est passé.  Hier matin donc, je sortais dans la rue pour aller acheter du pain car les artistes méconnus ont une vie quotidienne assez peu exaltante et achètent le…

66. Travail de fourmi

Il y en a des qui disent que Intermittent c'est synonyme de Fainéant. Souvent ce sont des qui regardent TF1, écoutent RTL et/ou lisent L'Express mais tout de même ce n'est pas une excuse! En vérité, je vous le dis Intermittent est synonyme de Polyvalent, foi de lectrice assidue de Courrier International. D'ailleurs, si vous voulez bien avoir la gentillesse poursuivre votre lecture, vous le découvrirez par vous-même.  De Septembre à Juin, dans la mesure du possible, j’exerce la profession doublement exaltante de comédienne et de chanteuse et, veinarde, je suis assujettie au joyeux régime de l'intermittence du spectacle. Pour ceux du fond qui jouaient à la bataille navale pendant la grève je le répète: Intermittent ce n'est pas un métier.   Quand vient l'été, je dois cependant cesser de jouer les cigales et devenir fourmi, histoire de ne pas me retrouver trop dépourvue quand la bise et les impôts seront revenus! Dans mon dernier post soswag, je vous narrais…

65. Puberté, j'écris ton nom!

Image
Dites, vous vous rappelez? Les cheveux gras. Le rire niais. L'Eau Précieuse. L'effervescence hormonale. Le maquillage approximatif (entre le vulgaire outrancier et la maladresse bariolée). L'odeur entêtante de l'abus de MENNEN Vetiver, pour nous les hommes. L'appétit insatiable. Les sautes d'humeur. Les premiers troubles amoureux suivi selon les cas de la gaucherie des premiers flirts ou de la douleur des premiers râteaux. Pour ma part, j'avais presque tout oublié mais fort heureusement, cet été je suis partie en séjour linguistique en Angleterre où je devais animer des ateliers théâtre pour adolescents et, par voie de conséquence, réveiller ma mémoire engourdie. A peine embarquée à bord de l'EUROSTAR en compagnie d'une trentaine de teen-agers (on dit encore teen-agers?) quelque peu anxieux de se voir provisoirement abandonnés par des parents trop heureux de pouvoir se débarrasser de leur progéniture le temps d'un bref répit estival, j'ai s…

64. Grève de la fin

Comment ça c'est fini? Déjà? Mince alors! La dernière, vraiment? Mais euh... vous... vous êtes sûrs? Non, non, je ne mets pas votre parole en doute. Disons que j'avais comme la bête impression que c'était hier la Première de STEF! Y en a pas 2 alors vous comprendrez, je suis un peu... un peu surprise. Un peu émue aussi. Ça ferait déjà un an aujourd'hui? Bon, bon. Puisque vous le dites. Alors... euh... J'imagine qu'il faut laisser le rideau se baisser, c'est ça? Et dire à Tapiôka de le ranger, son aspirateur... Je ne sais pas si elle va être d'accord mais je vais voir ce que je peux faire. En tout cas, je veux dire merci (encore!) à tout ceux qui, cachés en coulisses, m'ont épaulée d'une façon ou d'une autre tout au long de ce voyage merveilleux... quoique tumultueux! J'espère qu'ils savent tous combien je les aime.  La dernière. Merde! Oui, je sais que la tradition veut qu'on dise "Merde!" avant la Première d'un sp…

63. Juste une mise au point...

Dissipons un léger malentendu, voulez-vous?  N'ayant pas de poule sous la main - ne prenez pas cet air surpris: non, je n'élève pas de poules dans mon deux pièces parisien! - j'ai néanmoins envie ce matin de tordre le cou de certains et par la même occasion, de quelques clichés et préjugés.
Vous l'aurez remarqué, finauds que vous êtes, malgré ce beau dimanche ensoleillé, aujourd'hui je suis un peu chatouilleuse de la casserole. Certes, je suis également surcaféinée et cela pourrait expliquer en partie mon humeur, mais si vous voulez mon avis (et si vous ne le voulez pas, c'est la même) cela explique plutôt  la fréquence de mes allers-retours aux toilettes!
Mais avant que je ne devienne tout à fait chèvre, revenons donc plutôt à nos moutons ou si vous préférez, à nos poules ! Ouarf, ouarf! Humour, quand tu nous tiens....
Donc...
Je me trouvais la semaine passée en terre inconnue non pas chez Frédéric Lopez, dont je jure ici solennellement de refuser toute prop…

62. Dans mon stylo...

J'ai mal au ventre. Je sais, je sais, j'aurais pu trouver plus onirique comme entrée en matière que de bêtes maux d'estomac, mais que voulez-vous? Aujourd'hui l'inspiration me faisait défaut, alors comme souvent dans ces cas-là, j'ai ouvert mon dictionnaire de citations et je suis tombée sur celle-ci: "Ecrire, c'est cuisiner avec des lettres." Dany Laferrière Bon. C'est fastoche alors!  Il suffit de procéder comme en cuisine : on fait avec ce qu'on a. Notez qu'avec cette technique, on obtient parfois des résultats tout à fait surprenants dans sa cuisine. Quelquefois, je vous assure, j'obtiens même des résultats comestibles! A la limite du savoureux! Certes, ce n'est pas toujours le cas. Le plus souvent, le dimanche soir, affamée, je décide d'affronter le néant de mon frigo obstinément vide. Pleine d'une audace gourmande, je me lance alors  dans une improvisation culinaire à l'issue incertaine, mollement inspirée par…

61. Cheikh vacances

Image
Et voilà c'est fini... Certaines rangent, paraît-il, leurs vacances dans des valises en carton.
Personnellement, je dis tant mieux pour elles si ça rentre ! Pour ma part j'ai remisé maillots, tongs et paréo dans ma Cabin Trolley 4 roues ultra légère. Que voulez-vous, je ne suis pas une romanichel. Quand il s'agit de voyager, je suis une femme moderne et équipée, et une femme soigneuse et organisée quand il s'agit de ranger mes petites affaires jusqu'à l'été prochain.
Oui, si vous n'êtes pas complètement nouille, vous aurez donc compris que je reviens de voyage. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle je ne vous ai pas écrit plus tôt, trop occupée que j'étais à explorer le bout du monde et, à l'instar de Jenifer, m'exposer un peu plus au soleil et réchauffer mon corps au soleil (oh oh oh ad lib) ! Au passage, c'est pas pour me jeter des orchidées, mais j'attire l'attention des fidèles de ce blog sur la diversité de mes conn…

60. Presse Fé..minime!

Alors que je tape cette chronique, frénétiquement parce que je n'aurais pas dû boire ce troisième café, je m'interroge. Cette semaine, curieuse, un peu folle peut-être, j'ai récolté pêle-mêle les derniers exemplaires de BIBA, COSMOPOLITAN et MARIE-FRANCE. Je précise que je n'ai pas payé ces exemplaires, auquel cas j'aurais très certainement dépassé le stade de l'interrogation pour accéder directement à celui de la colère. Non, le rouge aux joues, j'ai lamentablement mendié ces périodiques auprès d'une amie : "Euh... tu les jettes ? T'es sûre ? Non, c'est parce que j'ai rien pour caler ma table basse... Merci ! ".  Bref, ce matin au hasard des pages, entre deux pubs et trois échantillons de fond de teint miracle, je découvre successivement que mon célibat n'est pas une fatalité, que bien que femme, je suis autorisée à demander une augmentation, que les hommes préfèrent les chieuses mais pas celles qui parlent politique, que le …

59. Quenelle blues

J'aime les quenelles.  Voilà. C'est dit. Attention, n'allez pas vous méprendre ! Je veux ici parler de gastronomie, et non de politique, bien plus indigeste à mon goût. En effet, les débordements nauséabonds de certains nuisent à cette spécialité lyonnaise, succulente si vous voulez mon avis. Ce matin, j'ai découvert sur les murs de Paris que la Maison Malartre lance une campagne pour réhabiliter ce produit, injustement diffamé. A la radio, un 'envoyé spécial quenelle' (qui devait être ravi qu'on l'envoie sur le terrain interviewer des ados boutonneux) a rapporté l'autre jour que la cantine scolaire de je ne sais quel Collège Didier Barbelivien de Seine et Garonne refuse désormais de servir des quenelles aux élèves à cause des débordements occasionnés au réfectoire. Enfin, dans le métro je lis en première page d'un quotidien gratuit ce véritable cri d'alarme : Les fabricants de quenelle inquiets ! Je vous avoue que sorti de son contexte, …

58. Comme en 14!

Image
Nous y revoilà! Encore un tour de calendrier qui s'achève. Revoici donc le temps, pluvieux en l’occurrence, des vœux jolis et  des résolutions sinon bonnes, du moins envisageables... Déjà un an que 2013 nous faisait mille et une promesses avec son cortège de rimes plus ou moins séduisantes. Plus ou moins poétiques aussi. Qui n'a pas alors reçu (envoyé?) son lot de SMS types ou personnalisés selon les forfaits mobiles, souhaitant avec finesse, humour ou vulgarité une année non seulement réussie mais surtout généreusement garnie de pèze, de baise et de mayonnaise? Oui, mayonnaise!!! Quelqu'un qui n'avait probablement lu ni Rimbaud ni Apollinaire avait alors porté à mon attention aiguisée d'auteure interprète que '2013, ça rime avec... mayonnaise! Bonne année :-)'. L'auteur de ce SMS gras, anonyme et probablement collectif n'avait pas signé et je n'ai jamais su s'il s'agissait du serrurier ou du livreur DHL...
En ce premier jour de l'a…