mercredi 14 décembre 2011

24. Billet humeuristique

Alors? Comment ça va vous? Vous vous préparez pour les fêtes? Courage, plus que 15 jours et c'est fini! 
A ce sujet et dans un élan d'extrême générosité, je vous épargnerai le paragraphe humoristique mêlant courses effrénées, cadeaux inutiles et/ou déplaisants, ou repas traditionnels supracaloriques. Si vraiment vous y tenez, je vous invite plutôt à revoir Le Père Noël est une ordure, qui mêle à la perfection humour et fêtes de fin d'année. Évitez par contre à tout prix Le Père Noël contre les Martiens, à moins que votre taux d'alcoolémie ne dépasse les 2g/l et encore...

Parlons plutôt de moi.
C'est vrai ça: plus d'un mois que je n'ai pas donné de nouvelles et personne ne s'inquiète? Charmant!
Je plaisante...

Pour être tout à fait honnête, je n'avais pas la super frite et du coup, pas trop envie d'écrire. Oh, je les entends déjà les exclamations incrédules : "Stef!? Elle est toujours de bonne humeur! Et avec ça, un de ces punchs! Pas le moral, elle? Impossible!" C'est étrange ça, les impressions qu'on donne... Qui sait? Malraux était peut-être le roi du canular téléphonique, Carlos un inconditionnel de Haendel et Sophia Loren portait des pyjamas en pilou?

Tout ça pour dire, que comme tout le monde, il y a des jours où ça va, et puis d'autres, non. Pour ne rien arranger, c'est toujours quand vous avez le moral au fond des Kindy, que les petites misères quotidiennes vous persécutent : la baignoire se bouche, la cafetière tombe en panne, la fourrière vous embarque la voiture - exceptionnellement empruntée à votre père! - ou la batterie du vélo vous lâche. Sans compter les livraisons de produits défectueux et le gymkhana de retour de marchandise!  Avouez-que... Hein? Bon!

C'est des broutilles tout ça. Un autre jour, j'en aurais peut-être même fait une chanson!
Mais aujourd'hui, je suis cafardeuse. Je me pose inlassablement des questions sur cette aventure musicale qui peine à décoller malgré les retours enthousiastes et chaleureux des spectateurs.
Oui la conjoncture est difficile, oui il faut savoir être patient, croire en sa bonne étoile et faire confiance au temps. Mais comme il coûte cher ce temps quand on est artiste autoproduit...
Alors quoi? Sans financement extérieur, sans soutien professionnel, sans visibilité réelle auprès du public ou des programmateurs, et allez disons-le, sans famille dans le showbiz ni aucun piston à l'horizon, bref sans rien d'autre que moi, mes chansons, le soutien indéfectible de mes proches, ma bonne volonté et ma fameuse énergie, ce projet décollera-t-il? Où est la faille? Où est l'erreur? Faut-il abandonner et reconnaître l'échec ou s'acharner quel qu'en soit le prix? Me voilà perdue, et un peu découragée, je l'avoue. Et pourtant...

Et pourtant, voilà que le Théâtre des Blancs Manteaux me fait confiance et me prolonge en 2012, m'offrant à la fois un nouvel horaire plus accessible (le dimanche à 17h30) et puis, tombée du ciel,  la salle Jacques Higelin comme si Jacquot lui-même m'enjoignait de tenir bon... Se pourrait-il que le vent tourne? Si seulement...

Et si le Père Noël n'était pas tout à fait une ordure?



Stef! Dans la panade par stefabou

dimanche 13 novembre 2011

23. Et le dimanche, Stef! se reposa....

C'est dimanche... Besoin de rien envie de quoi? C'est vrai ça le dimanche, j'ai toujours envie de faire plein de trucs, pas vous? Aller au musée, enfiler mon maillot et faire 62 longueurs (sans s'arrêter!) à la piscine Murielle Hermine, boire un café crème à la terrasse du Sévigné, rue du Parc Royal en lisant distraitement quelques pages de ce fichu roman que je n'en finis plus de finir, écrire une chanson d'amour sublime qu'Aznavour lui-même m'enviera, retourner voir  La vie est belle  de Capra pour la 15ème fois au Champo à St Michel, c'est à quelle heure la séance? 
(On notera au passage le glamour de mes envies du dimanche: ça jette ce côté culture!)

Bon, que personne ne s'emballe, le glamour on remballe! Vous êtes encore en pyjama au milieu du salon? Votre première envie là, tout de suite, c'est de retourner vous coucher avec le bol de Miel Pops devant 30 millions d'amis (c'est dingue ça, les éléphants nagent aussi bien que Murielle Hermine!)? 
Il est certain qu'en lisant le début de ce blog vous pourriez avoir quelques complexes... Rassurez-vous!!! Il est midi, certes un soleil radieux installé à ma fenêtre semble encourager mes nobles pulsions dominicales, murmurant "Allez Stef!, je t'accompagne!". Mais pour finir... me voilà, le jogging informe, la chevelure de Rita plus que celle d' Hayworth, sirotant le café tiédi de ma tasse Winnie l'oursin, souvenir du vernissage poissonnier et surréaliste de l'Artiste Pitre, avec l'envie de rester bien au chaud, derrière l'ordinateur pour écrire ce qui me passe par la tête... C'est sûr qu'un croissant serait le bienvenu... ou alors un pain au raisin? Mais il faut s'habiller, sortir pour aller à la boulangerie... Il restait pas un peu de pizza hier soir? 

Allez j'avoue, j'aime bien traînasser moi le dimanche... Me laisser surprendre à passer une heure au téléphone avec la famille, pour discuter de pas grand chose en fait... Et puis après? Ca fait du bien!
Jeter les prospectus accumulés dans la boite aux lettres et me surprendre encore à me laisser tenter par les services de cette esthéticienne à domicile...
Prendre un crayon, pour avancer dans ce fichu mots fléchés super géant force 3 (Fleuve sibérien en 3 lettres?) et puis, sans même m'en rendre compte, me mettre à griffonner, raturer, corriger inlassablement ce qui deviendra peut-être une nouvelle chanson? 
Écouter Brassens ou Barbara, encore et toujours, et me dire (encore et toujours!)  qu'on n'en fait plus des comme  ça...
Et si, faute de télé, Drucker ne peut me tenir compagnie, qui m'empêche de dévorer sur mon PC les 4 derniers épisodes de Breaking Bad vautrée sur le canapé! Non mais des fois! 
Oui, oui, c'est vrai je pourrais me bouger un peu et vaquer à d'innombrables activités plus ou moins enrichissantes... et puis non!
C'est dimanche... Besoin de quoi? Envie de rien!!!

PS : Pour ceux qui se posent la question, les Blancs Manteaux ça se passe super!! Y a pas que moi qui le dit, lisez plutôt! 
Vous venez quand vous voulez, je vous attends tous les vendredis à 22h30! 

samedi 29 octobre 2011

dimanche 23 octobre 2011

22. Stef! Deuxième...

Non, non que chacun se rassure. Ce n'est pas que j'ai oublié d'alimenter cette brillante chronique ni que je m'en sois lassée, au contraire. Mais depuis deux semaines, me voilà engagée dans un marathon frénétique dont l'issue incertaine hésite encore entre succès magistral ou bide cuisant. Seul l'avenir nous le dira...

Pour ceux qui auraient miraculeusement échappé à la vague déferlante de mails promotionnels, et les chanceux qui, échoués par hasard sur cette page, tomberaient inévitablement sous le charme de ma plume, petit rappel...

Auteur, interprète, voilà que je me suis décidée, folle que je suis, à pousser mes Chansons à voir jusque sur une scène parisienne pour qu'on puisse enfin les voir mes petits chefs-d’œuvre! Héroïsme? Inconscience? Naïveté? Dans un accès fou et inébranlable de confiance en moi, je me suis en effet convaincue (provisoirement!) que mes chansons, pas pire que d'autres, méritent l'attention du public, public qui mérite mieux que Christophe Mae! 

Me voici donc en concert tous les vendredis à 22h30 au Théâtre les Blancs Manteaux - réservations en ligne et au 01 48 87 15 84!!! Certes, je vous accorde que ce n'est pas l'Olympia, mais il faut bien commencer quelque part je vous signale! Et puis je le trouve joli tout plein ce petit théâtre du marais, on s'y sent bien et c'est beaucoup moins onéreux que le Casino de Paris! Alors pourquoi hésiter? 

Le 14 octobre dernier, gonflée à bloc, soutenue par mon équipe fidèle de metteurs en scène, manager et autre pianiste, gonflés tout autant, me voici partie à la conquête du public parisien, réputé si difficile. Difficile? Ah bon? Quoique intime cette première soirée est un succès chaleureux et prometteur qui me laisse croire, bécasse, qu'après deux ou trois raccords, avec un peu de temps et un bouche à oreille efficace, j'ai bien fait de tenter cette nouvelle aventure! 

Le second concert de ce vendredi me conforte encore dans cet optimisme flagrant, malgré cette cascade impromptue lors du rappel qui me laisse le genou en miette et un peu ridicule aussi, disons-le. Une minute... Et si cette culbute malencontreuse m'ouvrait les portes de la gloire? Entrerais-je, boiteuse dans le monde du showbiz? A bien y réfléchir, j'ai comme un doute... Car hélas, ils ne seront pas nombreux ceux qui pourront témoigner de tant de bravoure, de talent et de professionnalisme!

Oui, il faut bien l'avouer, elle s'annonce âpre et difficile la bataille pour conquérir le public car si mes chansons et mes galipettes semblent faire leur effet, ils sont dur à déplacer ces parisiens! Ce n'est pourtant pas faute d'avoir prévenu entre mails, courrier, téléphone et réseaux sociaux... Alors quoi? Bien sûr un journaliste ou deux, un attaché de presse bénévole, une vedette égarée tombée sous le charme, un généreux mécène prêt à financer une campagne d'affichage sur toutes les colonnes Morris de la capitale seraient les bienvenus...  Mais en attendant, moi, je suis toute seule! Alors comment faire pour remplir la salle? C'est pas le tout d'écrire des chansons spirituelles, ce que je veux moi, c'est les PARTAGER!!! Qui connaît la formule magique?


mercredi 12 octobre 2011

Stef! à Télébocal

 Petit aperçu de Stef! en live en attendant de venir l'applaudir au Théâtre les Blancs Manteaux tous les vendredis à 22h30.

jeudi 29 septembre 2011

21. Stress, Strepsil et insomnie...

Quelle pression, mes amis, quelle pression! J'avais pourtant cru survivre au stress de la préparation de l'album et me pensais vaccinée, eh bien non!  

Blancs Manteaux, J-15 donc.

Premières répétitions et bien sûr, alors que thermomètre annonce joyeusement 29°C, sorti de nulle part, le premier coup de froid! J'aurais pu me contenter de répéter calmement, de bien dormir, d'ingurgiter carottes, concombres et petits pois, mais non, c'était trop simple! Quand Stef! se lance dans une nouvelle aventure, il faut du sensationnel, du romanesque et bien sûr, du draaaaaaaame!

C'est donc tout naturellement que j'ai attaqué mes répétitions la gorge en feu, fiévreuse, entre deux quintes de toux et trois kleenex! Aaah, sensation indescriptible du chatouillis dans la gorge retenu tout au long de Petite qui se venge et me prend au beau milieu de Dans la panade, précédant une crise expectorante d'une violence insoupçonnée! Je crois avoir effrayé l'un des metteurs en scène... et perdu à jamais tout pouvoir de séduction sur lui! 

Pour tenter d'apaiser mes angoisses et mes accès tussifs, je bois des litres de thés. Résultat: j'ai non seulement les sinus bouchés mais je suis désormais en surdose de théine. Impossible de respirer ni de trouver le sommeil... Bien réveillée, j'envisage donc les pires scénarios - pourquoi les bons? - jusque tard dans la nuit: est-ce que ce sont les bonnes chansons? La robe ok mais le collier? Et s'il n'y a personne? 3h17 déjà? Les programmateurs viendront-ils? Je fais quoi si c'est un four? Et si je déçois tout le monde? 3h22 seulement?  

Finalement, la fièvre et mes nerfs viennent à bout de mes forces... je finis par m'endormir et me réveille en retard pour aller au travail - oui, j'ai un travail, mais dans la mesure où il n'est pas plus passionnant qu'un épisode de L'inspecteur Derrick, j'ai la générosité de vous en épargner le barbant détail. Et puis d'abord on s'en fiche!!! Je joue dans quinze jours je vous signale!!! Retour à la maison. Il faut encore aller coller les affiches, distribuer les flyers, appeler les journalistes, préparer les enveloppes pour les pros, sortir, voir du monde, faire de la pub... 

Aujourd'hui, je me sens comme prise dans une tornade, je suis malade, je suis fatiguée, angoissée, paniquée, dépassée.  Allez, disons-le simplement, j'ai peur. 

Il paraît que c'est normal... 
Il paraît que tout va bien se passer... 
Il paraît qu'elles sont chouettes mes chansons... 
Il paraît que le spectacle est super... 
Il parait... 
Il paraît...
Alors pourquoi je peux pas dormir?

mercredi 14 septembre 2011

20. Quand faut y aller...

Eh bien voilà, c'est officiel, les vacances sont terminées. 
On a pourtant bien essayé de les faire durer encore un peu avec cette lessive parfumée aux fleurs d'Ylang Ylang, ce yaourt aux saveurs exotiques de pastèque tunisienne ou ce joli fond d'écran de Chasseneuil-du-Poitou. Non et non, il faut bien, comme Brigitte, se résoudre à ranger nos chouettes vacances dans nos valises en carton, parce que cette fois-ci c'est bien fini!

Inutile pourtant de se lamenter. Soyons même un peu honnêtes. Est-ce qu'elles ne nous pas épuisés ces vacances? Tous ces voyages? Ces apéros? Ces excursions en famille à Nigauds Land? Ces Macumba, elle danse tous les soirs? Avouons-le, c'est la rentrée, on est crevés, la boîte emails et le panier à linge sale débordent, on a pris 3 kilos et pour finir, on est complètement fauchés! On peut donc le dire haut et fort : il était temps que ça s'arrête!

D'autant qu'elle nous réserve plein de chouettes surprises cette rentrée, c'est sûr! Bon, je vous accorde que je viens de recevoir mon avis d'imposition et que dans le genre bonne surprise, il y a mieux. Le robinet de ma salle de bains qui fuit, pas mieux. Je vous accorde encore que Couscous aux Lardons reprend, hélas, au théâtre Montorgueil. Donc 'plein de chouettes surprises', je m'emballe un peu, peut-être... 
Je reprends...

D'autant qu'elle nous réserve UNE chouette surprise cette rentrée, c'est sûr! Et quand je dis 'chouette', je vois petit, j'aime autant vous le dire!
Allez, je n'y tiens plus: les enfants sortez vos cahiers, dictée surprise! Silence dans les rangs!
Vous êtes prêts? je dicte! 
Stef! se produira... Je répète : Stef! se produira... Tous les vendredisss (attention à l'accord, il y a un piège!), tous les vendredis... à partir du 14 octobre 2011. A la ligne. A 22h30... à 22h30... A la ligne. Au Théâtre... au Théâtre Les...  Blancs ... Manteaux. Point.
C'est bon? Relisez-vous. 
Allez on corrige. Voici ce qu'il fallait écrire : 


Avouez que c'est une nouvelle sensationnelle!!! C'est à peine si j'arrive à m'en remettre!
J'ai la trouuuuuuuuuuuuuuuuuuuille! Et en même temps, je suis complètement excitée! Vais-je tenir le coup? 

Vous viendrez hein? Dites? Vous viendrez? 

jeudi 28 juillet 2011

19. Je m'interroge...

Dites, ôtez-moi d'un doute... chez vous aussi il pleut? Comprenez-moi bien, ça n'est pas que la pluie me dérange, loin de là. Ça a plein de bon côtés la pluie: ça sent bon, ça fait des claquettes, ça fait sortir les ceps et les belles de nuit (fleurs ou autres), ça évite de se ruiner en petite robes à bretelles pendant les soldes, de galérer vingt minutes pour allumer le barbecue, ou de bouffer du sable à la pelle pendant un match de beachvolley et de se faire - en plus! - engueuler alors qu'on avait bien prévenu qu'on ne savait PAS y jouer à ce jeu pourri!!! 
Il va de soi qu'aucun de ces exemples n'est autobiographique. 

Tout ça pour dire qu'il pleut et que je m'interroge. Mais pourquoi donc vous étonnez-vous? Installez-vous que je vous raconte un peu.

Comme je vous l'avais dit, je suis donc partie enchanter les rues de La Rochelle de mes joyeuses trilles à l'occasion des Francofolies. Je vais être honnête, ce ne fut pas ce qu'on appelle facile et aussi incroyable que cela puisse paraître, les producteurs ne se sont pas précipités pour me proposer moult alléchants contrats. D'abord, il a  fallu trouver les bons emplacements, optimiser la durée, l'ordre des chansons, les horaires, assumer les bandes-son, un peu perdue que j'étais sans la chaleur de mes musiciens, mais bon rapidement j'ai trouvé mon rythme, mon itinéraire et j'ai même fini par trouver un public attentif et chaleureux! Probablement celui qui n'était pas venu assister aux concerts de Nolwenn Leroy, de David Guetta ou de Christophe Maë. J'en profite pour saluer mes trois nouveaux fans, membres de la gendarmerie nationale, qui ont promis de faire écouter Le permis à la caserne! 

Mais je m'égare. A mon arrivée, le ciel était plutôt bleu. Certes un ou deux nuages, probablement des touristes, passaient pour admirer le célèbre port, mais ils s'en allaient rapidos pour visiter Saint Nazaire et ses environs. Après trois jours à claironner mes chansons dans les rues, les nuages sont partis mais le ciel était franchement gris, limite malade... Le matin du quatrième jour, la pluie tombait à verse, ce qui m'embêtait un peu, certes mais probablement moins que David Guetta censé mixer devant 15000 spectateurs le soir même! C'est à ce moment que j'ai commencé à avoir des doutes...

De retour à Paris, je devais enchaîner avec le festival Châlon dans la Rue. Mais alors que je bouclais sac et ampli, mon célèbre ami Joël Collado me prévint gentiment qu'une pluie diluvienne inondait la région. Une fois de plus, le ciel semblait déprimé rien qu'à l'idée de devoir réécouter mes chansons dans les rues de Châlon! Un peu vexée, je me résignai toutefois à rester à Paris, et bizarrement, le ciel de Châlon s'apaisa, permettant au festival d'avoir lieu, quoique sans soleil. Mes doutes se confirmaient lentement... 

Concernant les deux concerts de Rambouillet, ils étaient prévus en intérieur. Pas de grosse inquiétude donc. Pourtant, là encore, les cieux ne semblaient pas enthousiasmés de me voir débouler: le premier soir, ils m'envoyèrent une pluie torrentielle pour me décourager de me rendre sur place mais je ne me laissais pas impressionner! Devant mon obstination et l'inutilité de ces trombes d'eau, le second soir, lesdits cieux se sont contentés d'exprimer leur mécontentement par une bruine légère mais persistante et une température peu estivale...

Cependant vous conviendrez avec moi que le doute n'est plus permis!  
Un dicton breton affirme : Chante la grive, la pluie arrive. Telle la grive, ma voix pourtant si mélodieuse aurait-elle le pouvoir de faire pleurer le ciel? Euh... ce n'est pas un très bon présage quand on envisage de faire carrière dans la chanson, je me trompe?

Bon, ne nous emballons pas, ce ne sont peut-être que des coïncidences! Je vous propose de faire un test! Prochains concerts prévus :
Paris Plages  
Les 13 et 14 août 2011
à partir de 18h30 

On se retrouve là-bas? On verra bien s'il pleut... ou pas! 




mardi 5 juillet 2011

18. Voilà l'été, voilà l'été...

Eh ben voilà, on y est... Il est revenu le temps des tongs et des jupes légères, des chemises qui s'ouvrent sur des torses velus, des barbecues, de la pétanque, des vide-greniers, des juilletiens, des aoutistes, des "quand est-ce qu'on arrive?", de Fort Boyard, des japonais, des tournesols et des abricots.

Vous sentez? Hummmm... ça fleure bon le basilic, le melon et le jambon, le karité et le pastis, l'huile solaire et les merguez, les chouchous, les beignets et les sardines grillées... On a lâché les cyclistes pour leur promenade annuelle, abandonné Mamie sur l'aire du Poulet de Bresse (A39), marié le Prince Albert et (mais?) rejeté le mariage gay à l'assemblée, diplômé les bacheliers, augmenté le gaz et l'électricité, les timbres et les tickets de métro, aucun doute possible, c'est bien l'été!
Ce que confirme encore l'écho râleur des piliers du comptoir de l'Amical'Bar : "Cette chaleur, c'est insupportable, tu peux pas faire installer la clim' Dédé? Allez, remets moi un demi bien frais! Pis pousse-toi de l'écran je vois pas l'arrivée du Tour!".

Tout ça c'est bien joli, mais Stef! dans tout ça? Stef! fait-elle du camping? De la planche à voile? Du parachute ascensionnel? Bref, Stef! prend-elle des vacances? Et si oui, où? Avec qui?

Ah... impatients curieux que vous êtes... Voyez comme je vous connais. Voyez comme je sais deviner les préoccupations qui sont les vôtres. N'est-elle pas merveilleuse cette tendre complicité, cette intimité même, qui s'est installée entre nous au fil des messages?

Non Stef! ne fera pas de camping, ou alors vraiment si c'est obligé, parce qu'elle DÉTESTE ça! Cet été, Stef! va se promener avec des chansons et des CDs plein son sac à dos: depuis les Francofolies de la Rochelle jusqu'à Châlons dans la Rue, car l'été c'est aussi le temps joyeux des festivals en tout genre. Et en attendant ce temps béni où les programmateurs, désespérés, l'imploreront de bien vouloir chanter dans leur festival, Stef! poussera ses chansonnettes toute seule comme une grande avec son ampli et les bandes sons de son merveilleux album Chansons à voir

Si par hasard, vous la croisiez, pleine de son incroyable énergie et de son éternelle bonne humeur, surtout, n'ayez pas peur (c'est son état normal)! Pour tout vous dire, elle sera probablement autant intimidée que vous malgré la décontraction apparente... Alors, installez-vous tranquillement à la terrasse du bar en face et commandez un Perrier tranche avec beaucoup de glaçons... Ecoutez-la... Regardez-là... Et profitez. Bien sûr, il manque un petit quelque chose: les musiciens, les instruments, le spectacle en grand...  Mais soyez sûr qu'elle fera tout pour vous faire passer un bon moment... Et quand viendra le moment de la dernière chanson, ne soyez pas timide, venez lui dire bonjour, comme ça en passant... Ça lui fera un plaisir immense, faites-moi confiance. 
Je le sais, je la connais bien!

lundi 20 juin 2011

17. C'est pas parce qu'on n'a rien à dire...

Croyez-le ou non... aujourd'hui, je n'ai rien à dire! 
Moi!!! Stef! Qui ai toujours une petite anecdote savoureuse, une petite opinion contestable, un petit ragot à colporter, un petit coup de gueule sous le coude (oui, il m'arrive en effet d'avoir parfois la gueule sous le coude, je suis très souple, je fais du stretching).

On nage en pleine science-fiction diront certains. Ça nous repose diront d'autres. On s'en fiche diront les supporters du PSG. Je peux prendre le dernier croissant? dira encore ma copine Valérie. Je ne peux blâmer personne car enfin est-ce possible?

Ce matin, fidèle à mes habitudes, je m'installe devant l'ordinateur, prête à séduire le monde de mes assauts malicieux.
J'attends... Impatiente j'attends... et rien! 

Pourtant le café est bien là, fumant...
La pluie pleure sur les carreaux de mes fenêtres installant une ambiance dramatique propice à m'inspirer une envolée empreinte toute à la fois de douce mélancolie et de lyrisme (les lecteurs des pages culture de Libération me comprendront).
Tom Waits lui-même est ému et fredonne Midnight lullaby sur son piano désaccordé...
Sur le papier - toujours posé à quelques centimètres de l'écran - ma plume exaspérée, dessine, gribouille, griffonne, rature le premier couplet d'une chanson que personne ne chantera jamais (Dieu merci!)...

Non, décidément, rien. Rien de rien. Oualou, nénette, que dalle, peau de zébi, macache!
Avouez que c'est rageant! C'est vrai quoi, franchement moi ça m'énerve! J'adore écrire! Et vous? Vous qui adorez me lire? Bien sûr que ça va vous énerver aussi!

Bon écoutez, je suis vraiment désolée mais quand ça veut pas, ça veut pas... Rien à faire, je n'ai rien à dire... 
Il y a un proverbe anglais qui dit 

Le silence est le plus beau bijou d'une femme mais elle le porte rarement.  

Alors pour une fois...  profitez-en!

vendredi 10 juin 2011

16. Sans rancune...

Coucou les gens et bienvenue à tous les nouveaux qui nous rejoignent cette semaine...

Alors, dites-moi un peu. Comment ça s'est passé cette semaine? Pas trop difficile?

Certains d'entre vous n'ont pas pu venir assister à mon concert samedi dernier et ce serait bien qu'on en parle je trouve. Je vous assure que c'est important que nous échangions sur ce que vous ressentez vraiment. Vous ne devez pas retenir vos émotions comme vous le faites.  Laissez-vous aller, libérez-vous...

Vous vous sentez comment au juste? Coupables?  En colère? Déçus? Vides? Vous m'en voulez un peu peut-être? C'est tout à fait normal. Vous devez savoir que toutes ces réactions sont saines, naturelles. Vous devez aussi savoir que je ne vous en veux pas. Enfin pas trop.

Je dois par contre être tout à fait honnête avec vous : vous avez manqué un concert exceptionnel. Intime, chaleureux, convivial et, il faut bien l’avouer, d'une qualité artistique incomparable. Avec juste ce qu'il faut de trac et de maladresses.  Bref, un moment comme je les aime. Comme vous l'auriez aimé sans doute. Si vous aviez été là. 

Mais vous n'y étiez pas, à ce tout premier concert formidable.
Et il n'y aura plus jamais de premier concert de Stef!Vous l'avez raté. Vous êtes passés à côté comme on dit. Je sais, je sais, vous allez dire que ce n'était pas votre faute, que vous aviez une vraie bonne excuse : c'était le pont, vous beau-frère se pacsait en Vendée, votre estomac dansait le flamenco avec un concombre suspect, vous étiez effondrés d'avoir perdu les 23 millions du super Jackpot au tirage du Loto... 
Mais pourquoi? Pourquoi cherchez-vous à nier l'évidence? Vous étiez prévenus, vous auriez pu vous organiser. Je pense que vous devez faire preuve de courage et affronter la réalité: vous avez raté mon premier concert et c'est entièrement de votre faute.

Ce malaise, cette amertume, cette honte qui sont les vôtres aujourd'hui, vous allez devoir apprendre à vivre avec. Du moins jusqu'au prochain concert. Et non, ce ne sera pas facile. 

Peut-être que télécharger l'album, ou l'écouter (gratuitement!) sur Deezer, vous aidera à apaiser momentanément vos souffrances. Je le souhaite. N'hésitez pas à l'écouter plusieurs fois si ça vous fait du bien. De mon côté, je vous promets de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour qu'il y ait très vite d'autres merveilleux concerts auxquels vous pourrez assister et qui vous aideront à dépasser cette épreuve difficile.  

Je suis contente, nous avons bien avancé aujourd'hui. C'est important que nous puissions communiquer ainsi, vous ne trouvez pas? Je suis soucieuse que vous vous sentiez libres de venir me consulter quand quelque chose vous tracasse. Donc nous sommes bien d'accord? A partir de maintenant, on se dit tout!

jeudi 26 mai 2011

15. Egotrip

Dites... Je peux vous poser une question? 
Depuis le début de ce blog, je ne parle que de moi: ça vous gêne? 
Non, non, répondez franchement... 
Vous ne trouvez pas que ça fait un peu autolâtre? (Autolââââtre - insistez bien sur le circonflexe - c'est pareil que narcissique mais sans la malédiction, la source et le suicide! Moins Hollywood quoi...)

Oui? Non? Sans opinion?
Comment? Le non l'emporte à la majorité des voix?
Eh bien, comment dire... Pfff... Si je m'attendais... Bon, puisque vous insistez, je continuerai donc de vous parler de moi, de mes états d'âmes et de ma vie fascinante! D'autant qu'il faut bien l'avouer, je maîtrise le sujet à la perfection.
Je ne sais pas ce qui m'a pris... Un instant, le doute s'est emparé de moi. Et si vous souhaitiez me voir développer de vrais sujets de société: le permis cyclistes? A quoi ressemble vraiment Joel Collado? Pourquoi le baggy, c'est moche? Et pourquoi la coiffeuse ne fait jamais ce qu'on lui demande???
Autant de sujets qui j'en suis sûre, vous préoccupent autant que moi.
Mais non, je réserverai ces thèmes passionnants pour autant de chansons mémorables!
Car c'est ici de MOI qu'il s'agit, je l'ai bien compris!

Je peux comprendre en même temps... Pour le moment je suis encore accessible... Simple... Sans chichis... Mais d'ici quelques semaines? Je vais devenir une vedette, c'est inévitable... Une de ces femmes sublimes qui fait la couverture des magazines, et défilent pour de grands couturiers, j'aurai une liaison compliquée avec un champion du monde de curling danois et nous adopterons les derniers embryons surgelés de Céline et René, pour pas gâcher...  Et alors, je le sais, vous m'en voudrez... Moi, qui n'aurai plus le temps d'entretenir cette tendre complicité virtuelle qui nous unit aujourd'hui. Et vous, mes lecteurs enfiévrés, vous le regretterez ce temps où je me confiais à vous... Aaaah... Quelle douleur et quelle déception que les vôtres!!!! Vision abominable!

Que faire? N'y aurait-il pas d'échappatoire à ce sinistre destin?
Je ne vois qu'une alternative pour sauver la situation.
Rester une chanteuse parfaitement inconnue. Sans aucune reconnaissance. Succès zéro. A la limite du bide.

.....

Euh... Stop. On arrête tout. Le scénario là, il est nul. Pourri. Même Ken Loach il n'en tirerait pas un court métrage! Le rôle de l'artiste maudite? Mais on l'a vu cent fois! Et ça me tente moyen comme rôle. Je veux bien faire un ou deux sacrifices mais faut pas exagérer non plus! Va falloir trouver autre chose et qu'il change une ou deux scènes le scénariste! D'ailleurs, viré!

A partir de maintenant, le script c'est moi qui m'en occupe! Et je commence par une grande fête pour la sortie de l'album! 

Ça vous tente?
Super! Alors ramenez vos fesses Samedi 4 Juin à partir de 19h à Télébocal, 12 Villa Riberolle, Paris XXème. Entre amis, en chansons et en levant nos verres, voilà comment il débute, le succès de Stef!, prometteur non?



samedi 14 mai 2011

14. Bulletin d'information...

Bon. Ça y est. Je suis calmée. Enfin presque. Disons, pour ceux qui me connaitraient un peu mieux que d'autres, calmée dans la mesure du possible...

Donc, l'album c'est fait. 

Je rappelle au passage à ceux qui auraient négligE de lire la chronique précédente que l'album est désormais disponible, que la maman et le bébé se portent bien, qu'il est non seulement beau mais qu'il se laisse écouter volontiers. Et pas seulement par moi. 

Quoi? Comment? QUI a des doutes? 
Qu'à cela ne tienne! Que les sceptiques vérifient par eux mêmes! Vous pouvez écouter tout l'album par ici

Alors? On fait moins le malin hein? Allez, je ne suis pas chienne, en attendant de pouvoir le télécharger d'ici quelques semaines, si vous le commandez, je vous l'envoie le CD, mais c'est bien parce que c'est vous! 

Comment ça Comment qu'on fait? Mais il faut tout vous dire à vous!

Pour recevoir 1 CD de Stef! Chansons à voir (ou plusieurs d'ailleurs, c'est bientôt la fête des mères, des pères, pensez-y! Ça changera avantageusement de l'épilateur électrique musical ou du protège GPS en peluche: succès garanti!), envoyez un chèque de 12€ (si c'est plusieurs, sortez la calculette!)  (frais de port inclus) à 

Il Suffirait de Presque Rien (ou ISPR)
c/o Mme Bourguignon
13 Passage Alexandrine
75011 Paris

Bon, maintenant vous savez tout. Ou presque. Il faut tout de même que j'entretienne un peu de mystère, sinon que diront les magazines plus tard? Non, non inutile d'insister. 
Le bulletin de cette semaine est terminé! 
Bon weekend, en musique!

mercredi 4 mai 2011

13. 56mn de bonheur

Baboum, baboum, baboum.... Impossible de le contrôler: mon cœur s'est lancé dans une batucada effrénée. Tudo bom! Tudo bom!

Sonnez trompettes, sonnez clairons, car le voici crénom de nom!
Chansons à voir le premier album de Stef! : 13 titres, 56mn, 122 grammes de bonheur! Oui, de bonheur PUR! Car il faut bien l'avouer, ça ne pèse pas bien lourd le bonheur... pas plus qu'une coupe de Champagne en tout cas! Alors enivrons-nous: santé! A la vôtre et que cet album vous apporte autant de bonheur à écouter que moi à le réaliser! Et puis tant pis si je pleure un peu! Vous voudrez bien m'excuser... C'est que ça fait beaucoup d'émotions d'un seul coup...

Voilà qu'ils sont oubliés, envolés tous les tracas, tous les doutes, toutes les embûches rencontrés en route, il en viendra sûrement d'autres. Mais plus tard... Pour l'instant, l'heure est à la fête! Une écoute et je les découvre ces chansons, mes chansons? Est-il vraiment possible que ce soient les miennes? Pas vraiment... il faut que je partage! Je les vois bien, moi, tous ceux qui sont cachés derrière la pochette... Et je sais qu'ils ont le cœur qui danse avec le mien!  Baboum, baboum... Carnavaaaal! 

A votre tour, je vous invite! Venez rejoindre la danse! Partageons ce plaisir! Une fois n'est pas coutume! Servez-vous! J'ai des sourires pour tout le monde! Tudo bom!  


Bien sûr le CD est désormais disponible! Au bout du net à commander sur ilsuffiraitde@gmail.com 

Je vous donnerai rendez-vous très bientôt pour fêter comme il se doit la sortie de l'album! J'espère que nous trinquerons ensemble! Alors réservez-moi votre soirée!

Et comme il s'agit désormais de faire de la pub, vous pouvez aussi aimer officiellement La page Facebook de Stef!. N'est-ce pas merveilleux? 

Baboum, baboum, baboum... Mon cœur résistera-t-il à cette journée?  Et la suite, c'est quoi?

samedi 16 avril 2011

12. Ca se précise

Alors voilà, on y est.... 
A l'heure où, dans mon appartement parisien je sirote le café du matin (non sucré), j'écoute résonner les mélodies de mon tout premier album, fenêtres grandes ouvertes, histoire de partager avec les voisins qui n'hésitent pas à partager leurs querelles conjugales avec moi!

Et vous savez quoi? Je suis drôlement fière! Bon, bien sûr, c'est la maquette, vu que le vrai, le beau, avec les images, les photos, le livret et tout, et tout, il ne sera prêt que dans 3 semaines, elle a dit la dame de la société de pressage. Eh oui, encore un peu de patience les cocos, le compte à rebours est lancé! De mon côté, je bois un grand verre d'eau et j'essaie de me détendre. Un peu. Si je tentais la respiration du petit chien? Passer au déca peut-être? Trois semaines? je ne vais jamais pouvoir attendre aussi longtemps! 

Heureusement j'ai ma maquette-placebo! Pour le moment, c'est donc en solo que je m'offre le luxe d'écouter et de réécouter les 13 morceaux de ce premier opus. N'empêche ça jette! On a bien bossé! Je les aime mes garçons qui font chanter les mots et parler la musique! Oui, inutile de faire dans la fausse modestie! Ça swing, ça sonne, ça danse, ça pétille, ça joue! Et puis ça va! Un peu d'orgueil (bien placé) ne peut pas faire de mal! Il viendra toujours assez tôt le temps des noyaux de cerises, des doutes et des angoisses quand, à votre tour, vous le découvrirez cet album...  

Est-ce que vous l'aimerez d'abord? Un peu? Beaucoup? Pas du tout? 
Est-ce que je serais à la hauteur de ceux qui m'ont soutenue (oups, j'ai failli écrire de mes souteneurs! Ça aurait fait mauvais genre... )? 
Enfin, est-ce qu'il convaincra les 'pros' au point de nous programmer ici et là? C'était tout de même ça le but, à l'origine... 
Bizarre, il ne me semble plus tout à fait pareil ce CD... Pour un peu, il me foutrait presque la trouille! 

Calme, calme... respire à fond Stef! 

Mais... Mais je suis trépanée des escalopes moi ou bien? Prise dans la rédaction de ma chronique, j'en oubliais presque d'écouter le disque sur la platine... Dans mon salon, à plein tubes, je le trouve vraiment super ce disque! Et c'est moi qui ai fait ça? Il est même tellement super que les voisins ont fini de s'engueuler! 
Si ça c'est pas un signe! Allez, juste pour me faire plaisir, repeat!


samedi 2 avril 2011

11. Tu vois pas tout ce qu'on dépense... On avance! (A. Souchon)

Bonjour à tous!
Il semble que chaque fois que je souhaite vous envoyer un message, le soleil soit de la partie! 
Faut-il y voir le signe que l'univers tout entier bénit la finalisation de mon album? C'est plus que probable... Toutefois, si l'univers semble de mon côté, d'autres par contre...

Oui, cette semaine, petit coup de blues du côté de chez Stef!
Alors que j'imaginais déjà les recoins de la jolie pochette cartonnée de mon album illuminer votre étagère à CDs entre Henri Salvador et Sting (oui j'ai du mal à imaginer mes auditeurs écoutant Shakira ou Stomy Bugsy... ), je fus sévèrement rappelée à l'ordre!

J'avais cru, naïve que je suis, qu'auto produire mon disque, ce serait gérer les fonds réunis pour cette production et les attribuer aux dépenses nécessaires: studio, mixage, photos, graphiste, pressage etc... Dans un moment de parfait délire, j'avais même envisagé de payer les musiciens! Ha! Ha! Ha! Payer les musiciens? Elle est bien bonne! Non, non, que l'on se rassure, je ne l'ai pas fait, j'ai repris conscience juste à temps!

Je me réjouissais donc d'avoir enfin trouvé le graphiste et la société de pressage du disque, quand cette dernière m'invita poliment à me mettre en relation avec la SDRM (Société des Droits de Reproduction Mécaniques) pour les formalités d'usages...

Je vous la fais courte: les formalités d'usage c'est une taxe d'environ 1€ par CD pressé. Soit pour les 1000 CD prévus (et pour les moins doués en mathématiques!) la modique somme de 1000€. Somme non prévue dans le budget initial et dont bien sûr, nous ne disposons pas à ce jour, ce serait bien trop simple!

Je vous avoue que je l'ai un peu mauvaise. Auto produire un disque, c'est un pari. Risqué d'une part puisqu'on ne peut savoir si les professionnels seront au rendez-vous, et coûteux d'autre part, car c'est un investissement lourd et rares sont les artistes qui rentrent dans leur fonds.
Je la trouve donc un peu déplacée cette taxe pour des disques qui seront le plus souvent bradés lors de concerts (rarement déclarés!) ou envoyés grâcieusement à des professionnels qui auront (peut-être!) l'oreille attentive...

Au final? Je te paierai Madame SDRM, même si je te trouve moche et nulle... Mon disque tu t'en tamponnes, tu ne l'écouteras probablement jamais. Tant pis pour toi, tu ne sais pas ce que tu rates! Mais tu sais quoi? Je m'en fiche, je ne l'ai pas enregistré pour toi! Et puis, tu ne voudrais pas que je contrarie l'univers quand même?

dimanche 20 mars 2011

10. Je chante donc je suis!

Près de 700 visites en 3 semaines? Incroyable! Voilà qui flatte l'ego et met de bonne humeur! Même le soleil sourit de constater tant de visites chez Stef!. Je vous en prie installez-vous. Vous boirez bien quelque chose?

Au fait, savez-vous qui est Stef! ? Hormis cette jolie fleur de printemps à la robe délicate, ce joyeux sansonnet au chant polisson. Oui aujourd'hui, premier jour du printemps, je me sens l'âme poétique... tant pis pour vous!

Petit cours de rattrapage donc pour les curieux passés là par hasard ou par erreur et pour ceux (peu nombreux!) qui auraient pu oublier Stef! et ses talents innombrables!

C'est à London, entre sirop d'érable, bûcherons et pancakes (au Canada donc) que Stef! vit le jour il y a.... il y a quelques années. Mais qui s'intéresse aux chiffres? D'ailleurs c'est à Paname qu'elle grandira. Enfin Paname... dans le XVIème arrondissement parce qu'il faudrait voir à pas exagérer! Elle en conserve d'ailleurs le bon goût, le raffinement et la distinction que ses proches lui connaissent: Stef! a fini de dîner? Elle repose sa serviette sans la replier en fin de repas. Stef! ne dit pas Comment elle est trop cheum c'te meuf mais Cette femme a un charme particulier, elle me rappelle un peu Anne Roumanoff.

Toute petite, Stef! choisit le théâtre et ne changera pas d'avis! Il faut savoir que Stef! est têtue comme une mule! Elle obtient tout de même, détail pittoresque, une licence d'économétrie. Vu que ce n'est pas franchement folichon comme discipline, je passe sur les explications, et si vous souhaitez vraiment en savoir plus : Wikipedia Econométrie et vous pourrez ensuite briller ou casser l'ambiance en société...

Stef!, comédienne, participe à plusieurs spectacles plus ou moins prestigieux, passant hardiment des 58 places du  Bouffon Théâtre à la Comédie Française, de l'Opéra Comique au Pitchoun Théâtre. La musique n'étant jamais bien loin, opérette, chanson française ou parodie.

C'est avec Patrick Alluin qu'elle fera ses début dans l'écriture. Elle cosignera et interprétera Psycholoblues, psychothérapie musicale de Brigitte Binet, célibataire, trentenaire, à la vie sentimentale chaotique que le Docteur Freucan accompagne au piano.

Spontanément, elle prendra ensuite la plume pour signer ses propres chansons et créera, avec Frédéric Locarni les premiers titres du groupe Stef! et les Maillots Jaunes .

Suivront plus de 160 concerts partout en France (Essaion Théâtre, Nocturbaines, Francoflies de La Rochelle, Festival d'Aurillac etc... ).

Aujourd'hui, Stef! décide d'assumer sa carrière solo et de plier les Maillots Jaunes pour réunir ses deux passions sur scène: la chanson et le théâtre  dans un nouveau spectacle. Le défi  est de taille: séduire programmateurs et autres producteurs pour partager son univers avec le plus grand nombre sans vraiment rentrer dans la case variétoche ou musique actuelle!

Si le répertoire reste le même que celui de Stef! et les Maillots Jaunes,  il s'est enrichit de nouveaux titres. Avec l'arrivée d'un pianiste dans l'équipe, la préparation de ce fameux album, et bientôt un (peut-être deux?) clip, la collaboration d'un metteur en scène, c'est aujourd'hui une nouvelle aventure qui s'annonce, celle de Stef! la Chanteuse.

Des questions? 

samedi 5 mars 2011

9. Moi Stef!, chanteuse, blogueuse...

J'avais décidé de faire une pause dans ma chronique.  Et puis vous me manquiez trop, tiens! Je dois devenir blog dépendante! Je voulais attendre de pouvoir vous faire écouter quelque chose. Un avant goût... Histoire de vous mettre l'eau à la bouche et la bouche à l'oreille! 

Quoique, puisqu'on en parle, de l'eau dans les oreilles, ça n'est pas très agréable! D'ailleurs, j'en profite pour vous filer un petit tuyau... auriculaire (hilarant, non?). 

Vous allez à la piscine et en ressortez  doublement humilié(e) par le port du bonnet de bain et la coiffure ridicule liée au retrait dudit bonnet,  mais également avec de l'eau plein les oreilles? Voilà qui n'est pas très agréable me direz-vous!
Sautez à cloche pied en penchant la tête du côté de l'oreille bouchée. Cette technique est très efficace pour évacuer l'eau, mais hélas pas le ridicule!  En effet, attention à la nouvelle mortification que ne manquera pas de provoquer cette position si vous êtes en public, ainsi qu'à la jambe cassée si vous avez sauté pieds nus sur le rebord humide de la piscine et avez malencontreusement glissé sur le carrelage!
Enfin vous l'aurez compris, si vous souhaitez absolument aller à la piscine municipale, pensez à prendre rendez-vous chez votre thérapeute au préalable.

Mais revenons à nos moutons... Enfin plutôt nos boutons de chaîne hi-fi puisque cette semaine, j'avais pour mission d'écouter les prises de son de mon futur disque d'or. J'étais prête à m'extasier devant tant de talents réunis: la spiritualité des textes, la virtuosité des musiciens,  la finesse de l'interprétation... J'étais donc en position, la tasse de thé fumant à la main.

Première écoute plus tard, je suis ébouillantée! M'est avis que si c'était ces pistes brutes qu'on faisait écouter aux auditeurs, il serait mort le disque d'or!

Pour résumer : j'ai du mal à reconnaître ma voix (nb: je n'ai pas dit qu'elle était moche!), ça me fait tout bizarre d'entendre les textes,  et je me demande si un CD pourra rendre la théâtralité des chansons? Comment faire passer sur un disque que je suis sur un bateau mouche en après-ski à 4h du matin devant le pont de l'Alma? En même temps, tout plein de choses me plaisent. Ça me perturbe tout ça. Alors je réécoute... et je me laisse faire, même si j'ai du mal à prendre du recul. A part moi? Les musiciens sont supers! Certes, je ne suis pas moi-même musicienne, et je m'émerveille dès que je les entends jouer, mais franchement, ils sont doués ces p' tits gars!

Alors faire un retour à l'ingénieur du son sur mes premières impressions?  Si je lui disais que je suis allée à la piscine et que j'ai de l'eau dans les oreilles? 

C'est pas pour dire les copains, mais y a du boulot avant  qu'il sorte le CD de Stef! Mais une fois mixé ça devrait pas être dégueu tout ça!

A tout bientôt....

samedi 26 février 2011

8. Ca, c'est fait!

Bien... trois jours plus tard, le défi a donc été relevé! Qui l'eût cru? C'était un challenge audacieux mais, les 14 titres ont bien été enregistrés. Disons du moins qu'ils sont dans la boîte, encore à l'état brut!

Les conditions  de l'enregistrement étaient live, c'est-à-dire que le chant, et les instruments ont été pris simultanément (ou presque!) et non superposés. Je livre ces petites précisions pour les non initiés qui comme moi, ne s'y connaissent pas trop en enregistrement. Les musiciens me pardonneront ces explications rudimentaires! D'autres conditions nous auraient pris beaucoup plus de temps et bien sûr,  plus d'argent! Hélas, nous n'avions ni l'un ni l'autre.

Et puis, pour ce qui me concerne, j'aime bien que les CDs achetés  au détour d'un concert soient fidèles aux artistes que je viens de découvrir. Cette forme d'enregistrement - qui se rapproche le plus d'une version concert puisque nous enregistrons ensemble, voir plus haut - me semblait donc aussi la plus appropriée pour un premier album dont le but est avant tout de faire découvrir mon univers à mes futurs (et très nombreux!) auditeurs.

Voici donc maintenant venu le temps du mixage, du dosage,  des réglages, du compressage, des graves, des aigus, bref du son,  domaine totalement hors de mes compétences tout comme le surf sur gazon mais je présume que cela n'intéresse personne...  

Le bébé a donc été confié aux bons soins de l'expert qui a  bien voulu enregistrer nos voix, instruments et autres blagues idiotes dans son ordinateur magique. A lui maintenant la lourde de tâche de transformer ces obscurs audio graphes multicolores en chansons que vous ne pourrez plus vous empêcher de fredonner dès que vous les aurez entendues! 

Chéri t'es pas bio, première échographie...
D'ici là il faudra patienter! 
Pas facile hein? 
Promis, je reviens de temps en temps vous raconter ma vie palpitante en attendant.

vendredi 25 février 2011

7. En chantant...

Deuxième jour d'enregistrement et après 8h de studio,  je commence à ressentir un certain respect pour Michel Sardou... 

Comprenez-moi bien, je ne parle pas ici de l'interprète des inoubliables Femme des années 80, La java de Broadway, ou encore Je ne suis pas mort je dors, mais du type qui a enregistré plus d'une vingtaine d'albums... 

Certes, si l'on se place du point de vue de l'auditeur, le résultat n'est rien d'autre que pénible voire douloureux. 
Si, en revanche, on se place du point de vue de Mimi, c'est quand un même un sacré boulot!  Et là, maintenant que j'entrevois ce que c'est,  je dis respect. Toutes ces heures, enfermé dans la cabine du studio , seul à seul face au micro, à reprendre encore et encore  
Tu m'as donné de beaux enfants
Tu as le droit de te reposer maintenant

Là encore, on imagine aisément le calvaire de l'ingénieur du son, peut-être même les séquelles physiques causées par ces enregistrements. Que l'on se rassure, il a dû toucher une indemnisation financière conséquente; nous, par contre devons endurer bénévolement chaque diffusion radiophonique intempestive!

Tout ça pour dire, qu'on croit qu'il suffit d'écrire 3 couplets et deux refrains, d'emballer ça dans une jolie ritournelle, de fredonner le tout dans un aquarium équipé une ou deux fois et emballez,  c'est pesé!  Eh ben non!

Au bout du deuxième jour, soyons tout à fait honnête, je suis claquée!
A force de réécouter les différentes prises, je n'entends plus rien! C'est laquelle la mieux : la 2 ou la 4? Ben la voix est pas mal, mais le piano et la basse sont pas ensemble... en plus y a de la repisse dans le fond...  On reprend où? Attends, je te drope avant le troisième refrain...  De toute façon, on fera les re-re demain, t'inquiète! Tout d'un coup, je me demande même ce que signifie ce texte que j'ai écrit moi-même! Dans ma cabine de 2m2, isolée des autres musiciens et du monde en général,  je m'interroge : suis-je en train de devenir complètement dingue? 

Peut-être bien... Et Alors?
Au final, on rigole bien entre (pendant?) les prises, avec nos super blagues de l'Almanach Vermot! Un vrai festival, rien que pour ça, il valait le coup cet enregistrement!

Et si Michel avait raison?


La vie c'est plus marrant,
C'est moins désespérant
... En chantant



Pardon...
Citer Michel Sardou, je sais bien, c'est limite...
Mais je suis vraiment claquée! Ça excuse!

jeudi 24 février 2011

6. BeyonStef! est dans la place...

Après Mylène Farmer et Lady Gaga, c'est au tour de Stef! de s'enfermer pour préparer son prochain album. 

Si l'on dispose encore de peu d'informations, on sait pourtant que le studio Bop City où se déroule l'enregistrement est situé au Pré Saint Gervais, petit village métissé aux portes de Paris. La chanteuse s'y serait faite conduire ce matin par un proche en automobile afin de préserver son anonymat et d'éviter les transports en commun aux heures de pointe...

Petit et intime, le studio offre la convivialité et la chaleur nécessaires à Stef! pour laisser s'exprimer toutes les couleurs de son répertoire.  
La machine à café et un petit Corbières pas dégueu offrent également à Stef! la convivialité et la chaleur nécessaires à son répertoire. 
A la fin de cette première journée, 4 titres ont pu être enregistrés et écoutés, offrant une base de travail plus que prometteuse; 4 kebabs ont également été ingérés, l'équipe ne reculant devant aucun sacrifice nécessaire!

Depuis sa cabine, Stef! peut voir les doigts de François s'envoler sur le piano quart de queue et Alesks valser avec sa contrebasse. A son tour, elle se laisse alors aller, ferme les yeux et entre dans la danse, réinventant des chansons qu'elle connaît par cœur... L'exercice est certes périlleux, mais un CD ce n'est pas la scène, il s'agit donc d'être précis et exigeant et l'équipe de Stef! le sait bien!

Dieu qu'il sera beau ce disque! Si vous saviez! Vite, vite, demain... la suite!

mercredi 23 février 2011

5. Méthode Couette!

C'est officiel : demain, c'est le grand jour. 

J'arrive à peine à le croire. Enfin, on enregistre. On ENREGISTRE! Vous vous rendez compte? Non, je présume et vous vous en souciez comme  d'un tibia de langouste. Mais ce n'est pas grave! Ce qui compte c'est qu'on l'enregistre cet album. Objectif : 14 titres impérissables. Stef! saura-t-elle remplir sa mission? Quelle pression les amis, quelle pression! Que Nespresso à côté c'est de la gnognotte!

Si vous me croisez ces prochains jours, il se peut que je prenne un air entendu pour vous déclarer :
En ce moment? Je suis en studio,  je prépare mon album... 
N'allez pas vous imaginer que je prépare mes futures interviews pour Radio Shalom ou Télé Ch'ti.
Je pratique simplement l'autosuggestion, afin de me persuader que toute cette histoire n'est pas un rêve! 

Oui, oui, c'est vrai je suis un peu stressée. 
Alors ce soir, pour me détendre, je vous invite à m'offrir l'apéro, un petit verre de rouge pas trop frais... et puis ne m'en voulez pas trop si je ne vous tiens pas compagnie très longtemps.  

C'est que je ne vais pas trop tarder à me coucher.  Demain, je me lève tôt. Vous comprenez, j'ai une grosse journée...

mardi 22 février 2011

4. Quand la musique est bonne...

Eh bien oui : Sacha Guitry ou Jean-Jacques Goldman, même combat! Car le Blog de Stef!  sait aussi rendre ses lettres de noblesse à la Culture, la vraie! 

Oui, Jean-Jacques a bien raison qui nous dit :

Quand la musique est bonne
Quand la musique donne
Quand la musique sonne, sonne, sonne
Quand elle ne triche pas
Quand elle guide mes pas

Hélas, Jean-Jacques ne nous donne pas la clé de l'énigme et au final que se passe-t-il quand la musique est vraiment bonne?

Chers amis, réjouissez-vous car la réponse à cette ténébreuse question se trouvait hier dans mon salon! 

La séance avait pourtant mal débuté. Alors que le rendez-vous était fixé à 13:00,  heure locale, à 14:00 le contrebassiste manquait encore à l'appel. Le pianiste et la chanteuse songeaient déjà à faire appel à l'inspecteur Derrick quand,  tel le sel redonnant tout son goût à la frite insipide, il a surgi!

Nous étions au complet :

- A la Flûte : Pao, le Colibri
- Au Piano et à l'Accordéon :  François, les Doigts d'Or
- A la contrebasse : Alesks, la Chatouille
- Au chant :  Stef!,  pour vous servir (euh, pour vous servir, n'est pas un nouveau pseudonyme!)

Ce ne fut pas un long fleuve tranquille.  Il y eut des pains de quoi ouvrir une boulangerie, des enclumes de quoi s'établir forgeron,  des armoires, des canards, des coquards (des vrais!), qu'importe! Il y eut surtout des (f)sourires, de la chaleur, du partage, bref du bonheur parce que ces chansons, dis-donc, dis-donc, elles sont aux petits oignons, je vous le dis ma bonne Germaine!

Cet album ne sera peut-être pas parfait (quoique?).... Certains n'en aimeront pas les textes, la musique, la chanteuse (mais ceux-là je leur casse la gueule!),  les arrangements, la pochette, le prix ou que sais-je encore : je m'en fiche!

Aujourd'hui,  je suis heureuse parce que jeudi, je vais enregistrer un beau disque avec ET pour  des gens que j'aime et ça, c'est drôlement chouette!

Jean-Jacques si tu veux mon avis, quand la musique est bonne, bonne, bonne ça fait drôlement du bien! Encore faut-il se mettre d'accord sur la définition de bonne quand il s'agit de musique, mais ça, comme tu le dis si bien,

C'est un recours pour une autre histoire
(Encore que je ne sois pas très sûre de bien saisir ce que tu entends par là... )

Bon, c'est pas tout ça, mais faut que je retourne répéter, il va pas se faire tout seul ce disque d'or!

Vous croyez quoi vous? Que c'est les vacances?




dimanche 20 février 2011

3. Débat sur l'identité musicale...

Hier au soir,  j'étais l'invitée d'une soirée aussi arrosée qu'animée et réciproquement... 

Si la soirée fut, dans l'ensemble, réussie - je veux dire par là que notre hôtesse avait pris soin d'éviter le beaujolais nouveau et autres tuiles goût paprika - je n'ai malheureusement pas pu éviter l'inévitable... 

En effet, nombres des convives m'étant inconnus, je dus passer l'épreuve des présentations.
Je déclinais donc mon identité et endurais vaillamment les jeux de mots éculés que  ne manquent pas de déclencher mon nom de famille à savoir Bourguignon (inutile de faire celui ou celle qui n'a pas compris!). 

Histoire de détourner subtilement la conversation, j'évoquais ma vie de bohème,  ma vie de pata-patachon, et déclarais fièrement que j'étais chanteuse si on voulait tout savoir....
Grossière erreur.... 
Ah ouais? Chanteuse? Et c'est quoi ton nom de scène, Le Bœuf?  Ah , ah!
Hu-mi-liée!  La voie était ouverte. Je souhaitais pourtant garder une certaine contenance, et je hasardais moi-même quelques jeux de mots honteux... Sûr que je vais faire un bœuf avec mon disque!  Je le sais, pourtant,  l'alcool n'excuse pas tout...

Tout ça pour dire que Stéphanie Bourguignon c'est pas top glamour comme nom de scène... 
Les Maillots Jaunes sont pliés au fond de leur placard... Ok.  Alors quoi? La paupiette frivole? Agathe Zeblouse?
D'accord Stéphanie Bourguignon c'est pas top sexy mais c'est mon nom! Pour la police, la sécu, le pôle-emploi, la mairie,  pour Facebook, je suis Stéphanie Bourguignon. D'un autre côté, pour ma famille, pour mes amis, pour mon amoureux, je suis Stef!. En cas de mauvaise nouvelle, ou de grosse bêtise, il arrive aussi que je sois Stéphanie....

Me voici donc en pleine crise d'identité musicale: Stef! , Stéphanie ou Stéphanie Bourguignon - Stéphanie Le Boeuf étant exclu d'office! 

Je crois pour finir, que je prépare ce disque pour mes amis, pour ma famille, bref pour  tous les gens que j'aime... Alors Stef!  c'est ce qui convient le mieux... non?
Vous en dites quoi vous?

samedi 19 février 2011

2. J'ai pris mon rhume en grippe

Spirituel, hein?  Inutile de vous emballer : c'est pas de moi. C'est de Sacha Guitry.

Je résume. Dans 5 jours,  c'est l'enregistrement.
 
Je ne suis pas particulièrement angoissée, ce qui constitue déjà en soi un événement non négligeable pour qui me connaît un peu.

Je ne suis pas particulièrement angoissée d'accord, mais j'ai quand même un rhume! Comme d'habitude! En général, sur scène, je fais plutôt dans l'extinction de voix subite... mais pour un disque, j'ai trouvé qu'un rhume, c'était plus approprié...

Non, non, je ne suis pas malade pour de vrai...
Je ne me suis pas promenée en maillot de bain sous la pluie, je n'ai pas fricoté avec un poulet douteux, je n'ai pas eu de relation suspecte avec un porc (je parle ici de l'animal) et je ne suis allergique à rien si ce n'est quelques chanteurs actuels dont je tairais le nom afin de ménager mes futures amitiés professionnelles.
Il n'empêche, j'ai les sinus bouchés, je renifle et j'ai le nez qui coule! Mais c'est juste pour de rire... Histoire d'avoir un truc à raconter si Femme Actuelle m'interviewe dans quelques mois... 

D'ailleurs, je doute que le rendu soit particulièrement sexy pour l'enregistrement. Encore 5 jours avant le studio : j'ai largement le temps de retrouver ma douce voix de Madone... Oh, ça va, inutile de se moquer.... Et puis d'abord qui sait si la Madone n'avait pas la voix de Régine? Ceci dit, j'espère que non, parce que comme berceuse La grande Zoa c'est pas terrible. D'un autre côté, ça pourrait expliquer tout un tas de trucs....

Bon. Je m'égare. Je ferais mieux d'aller prendre mes gouttes. 
La bonne nouvelle, c'est que j'ai une bonne excuse pour rester au lit avec un bon livre...
Ben quoi? 
Faut que je me ménage!

vendredi 18 février 2011

1. Alors donc... bonjour!

Ceci est donc le tout premier message du blog de Stef! , comédienne, auteur, interprète.

Un premier message n'empêchant toutefois pas la courtoisie et les bonnes manières, bonjour donc, à tous les curieux  venus jeter un œil sur cette page et bienvenus.  

A ceux qui en ont déjà assez lu, au revoir, et euh... merci pour le détour... 
Aux autres, les courageux qui poursuivez vaillamment la lecture de ces quelques lignes insipides, je vous remercie! C'est qu'après Myspace et Facebook,  j'ai décidé d'explorer ce nouveau mode d'expression qu'est le blog...

Le but? 

Alors que je m'apprête à enregistrer mon tout premier album solo, j'aimerais, dans un élan de franche générosité, vous faire partager les angoisses, les névroses, les doutes, les découragements et qui sait, les joies et les bonheurs que cette incroyable aventure me réserve?

Bon. Pour un premier message, mieux vaut faire court non? Inutile de décourager de futurs lecteurs et/ou auditeurs potentiels...

Voilà. 
Alors... Euh... A bientôt?
Je signe? Je signe:

Stef!